Interactions Cameline – phytophages – phytovirus

Sujet de Master 1
Durée : 2 mois printemps 2016.

Laboratoire d’accueil : FRE CNRS 3498 EDYSAN, laboratoire de Bio-écologie des Insectes
Phytophages et Entomophages. 33 rue Saint Leu – 80039 AMIENS CEDEX 1
Tél / Fax : 03.22.82.75.47
Site de l’Unité d’accueil : https://www.u-picardie.fr/edysan/

Encadrants : Arnaud Ameline (MCF-HDR) et Quentin Chesnais (Doctorant)

Projet associé : ANOI. Amélioration des caractères pour les Nouveaux Oléagineux d’Intérêt
industriel (financé par l’Institut PIVERT, http://www.institut-pivert.com/sas-pivert/). Porteur du projet: Terres Inovia,
partenaires: ITERG, UPJV-FRE 3498 EDYSAN, FRD, UTC-UMR 6022, GEC, UPJV-EA 3990 BioPI, UPJV – CRRBM.

Objectifs du stage :
Les virus de plante sont classés en fonction de leur mode de transmission (implication d’un insecte-vecteur
ou non). Les modifications chimiques induites par les virus chez les plantes infectées
affectent différemment le comportement et la physiologie du vecteur. Ces modifications de chimie
de la plante sont généralement importantes quand la transmission du virus implique un vecteur et
faibles quand elle n’en implique pas. Dans un contexte évolutif, on parle de « stratégie de
manipulation du vecteur par le virus via la plante » qui permettrait d’améliorer la propagation
virale.

Le sujet propose, sur le modèle Brassicacées, d’identifier et de mettre en relation les modifications
chimiques de la plante qui se mettent en place suite à différentes infections virales et les
modifications comportementales et physiologiques induites chez le puceron vecteur.
Modèle étudié : Pathosystème impliquant la Brassicacée Camelina sativa, le puceron vert du
pêcher Myzus persicae et les virus suivants : virus de la jaunisse du navet (TuYV), virus de la
mosaïque du concombre (CMV) et virus de la veine blanche du Cresson (WWVV).

Expérimentations envisagées :
– au niveau des pucerons : des tests en physiologie (masses sur les plantes saines ou
infectées) et en comportement (test de rétention / attraction sur les plantes saines ou infectées),
– au niveau de la chimie des plantes : doser les métabolites primaires (acides aminés et
sucres simples) et secondaires (composés de défense) de la plante pour les lier aux changements
physiologiques et comportementaux observés chez les pucerons.

Candidature :
Envoyer lettre de motivation et CV à [email protected] et [email protected]
avant le 15 Février 2016. Pour plus d’informations, vous pouvez nous contacter à ces
adresses ou par téléphone au 03.22.82.75.47.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].