Offre de stage Master 1 : Effets du régime d’immersion et des stress édaphiques sur les traits physiologiques et mutualistes de la végétation en estuaire de Seine
Laboratoire d’accueil : ECODIV, Université de Rouen Normandie : https://ecodiv.univ-rouen.fr/
Co-encadrement : Estelle Langlois, MCU HDR : [email protected], 02 32 76 94 39 Lucie Vincenot, MCU : [email protected], 02 32 76 94 34

Les candidatures sont à adresser au plus tard le 25/11/2021 aux deux adresses ci-dessus.
Période de stage : du 04/04/2022 au 10/06/2022, avec gratification et possibilité de prolongation.

Présentation du projet de stage :
Le stage s’inscrira dans le projet de recherche FEREE, qui étudie le fonctionnement écologique de secteurs intertidaux contrastés en termes de régime hydrique en estuaire de Seine avec des objectifs de compréhension des connectivité écologiques et de restauration écologique des milieux. Les sites d’études sont des prairies estuariennes, soumises selon leur position géographique et leur topographie à des régimes contrastés d’inondation et de salinité par les eaux de l’estuaire.
Dans le contexte de compréhension du fonctionnement de l’interface sol-végétation sous ce gradient de contraintes émerge la question du rôle des interactions plantes-microbes dans la tolérance de la végétation aux stress édaphiques. Deux hypothèses seront explorées chez A. stolonifera, une Poacée typique des prairies de l’estuaire de Seine : 1. les interactions mutualistes (symbioses mycorhiziennes, endophytisme racinaire) participent à la fitness de la végétation, et 2. les effets des interactions mutualistes sur la fitness végétale sont modulés par une accumulation des polluants et sels dans les tissus fongiques ou racinaires.
Les objectifs du projet de stage seront :
• De réaliser les analyses d’échantillons de sols, de plantes et d’eau par ICP (“Inductively Coupled Plasma” = technique analytique permettant de mesurer la teneur d’un élément
2
inorganique présent dans un échantillon). Les teneurs en cations et métaux traces (15 éléments) seront quantifiées sur les biomasses aériennes (90 individus), les biomasses souterraines (90 individus), dans les sols (30 prélèvements) et dans l’eau (30 prélèvements).
• De vérifier et harmoniser les données – acquises pour avril 2022 – des taux de colonisations fongiques dans les systèmes racinaires (90 individus),
• De tster statistiquement les relations entre taux de colonisations fongiques et indicateurs de fitness végétale, avec analyses complémentaires a posteriori
• De tester statistiquement les relations entre teneurs en cations et éléments traces des différents compartiments biotiques et abiotiques ; tester les relations avec les taux de mutualismes fongiques ; analyses complémentaires a posteriori
• De comparer les réponses observées en fonction des sites de prélèvements et donc des gradients d’inondation et de salinité.
Expérience et formation souhaitées du.de la candidat.e :
L’étudiant.e en stage sera en cours de formation en Master 1 Gestion des Environnements, Biologie Ecologie Evolution, ou équivalent avec de solides bases en écologie terrestre, avec une sensibilité pour les thématiques d’interactions sol-végétation ou interactions biotiques. Il.elle devra fera preuve de rigueur dans le traitement de jeux de données et sera compétent.e en analyses statistiques exploratoires et statistiques univariées.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].