Mots Clés :
Manipulation parasitaire ; Forces d’interaction ; Prédation ; Communautés aquatiques ; Parasite acanthocéphale ; Expérimentation

Résumé :
Les parasites sont omniprésents dans les communautés naturelles et leurs implications écologiques suscitent un intérêt grandissant. Selon leur cycle de développement, certains parasites sont plus susceptibles de modifier la topologie (architecture) du réseau trophique. C’est le cas des parasites à cycle complexe dont la transmission repose sur évènement de prédation (parasites à transmission trophique). Ils ont la particularité d’altérer le phénotype de leur hôte intermédiaire d’une manière qui en augmente la vulnérabilité à la prédation, facilitant ainsi la transmission. On parle de manipulation parasitaire. A l’échelle du réseau trophique et d’après les principes de l’optimal foraging, on peut s’attendre à ce que l’intensification de liens sous l’effet des parasites manipulateurs s’accompagne d’une diminution de la prédation sur les proies non concernées par l’infection. Un tel changement dans les forces d’interaction peut affecter la stabilité du réseau et la coexistence des espèces.
L’objectif de ce stage est de tester expérimentalement l’effet de la manipulation parasitaire sur le régime alimentaire du prédateur et la distribution des forces d’interaction. Nous travaillerons sur un module trophique aquatique comprenant un prédateur (poissons, ex. le vairon), une proie invertébrée (crustacés amphipodes) parasitée par un parasite manipulateur (acanthocéphale), et une ou plusieurs proie(s) alternative(s) (autres invertébrés). Trois traitements expérimentaux sont envisagés : sans parasite, avec parasite, sans prédateur. Les modules trophiques seront maintenus en mésocosmes extérieurs à la station biologique de Foljuif. Nous suivrons les effectifs en proies et prédateurs et la biomasse des prédateurs.

Références :
Médoc V & Beisel J-N (2011) When trophically-transmitted parasites combine predation enhancement with predation suppression to optimize their transmission. Oikos 120: 1452-1458.
Loeuille N (2010) Consequences of adaptive foraging in diverse communities. Functional Ecology 24, 18- 27

Encadrement :
Vincent Médoc, MCf UPMC, UMR iEES Paris
Nicolas Loeuille, Pr UPMC, UMR iEES Paris
Loïc Prosnier, doctorant UPMC, UMR iEES Paris

Lieu du Stage :
UPMC, iEES-Paris & Station biologique de Foljuif (UMS 3194 CEREEP Ecotron IleDeFrance, Saint-Pierre-lès-Nemours, Seine et Marne)

Durée :
2 mois entre mars et juin

Techniques mises en œuvre :
Infections expérimentales, Expérimentation en conditions contrôlées, Biométrie, Biostatistiques, Bibliographie, Rédaction

Compétences :
Rigueur et minutie, Goût pour l’expérimentation, Autonomie

Candidature :
Envoyer CV et LM à
[email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].