Laboratoire d’accueil :
Centre d’Ecologie et des Sciences de la Conservation (CESCO) – UMR7204,
Muséum National d’Histoire Naturelle, 43 Rue Buffon, CP 135, 75005 Paris
(Site internet du laboratoire : http://cesco.mnhn.fr)

Responsables du stage :
Pauline Pierret (Doctorante) et Karine Princé (Chercheure Postdoctorante)
Téléphone : 01 71 21 47 05
Email : [email protected] / [email protected]

Description du stage :
Les agro-écosystèmes sont un mode majoritaire d’usage des terres en Europe et sont donc au centre de nombreux enjeux : économique, social et écologique. Depuis les années 1970, un déclin sans précédent de la biodiversité en milieu agricole est constaté pour de nombreux groupes taxonomiques, dont les oiseaux des champs (Donald et al., 2006). Ceux-ci sont considérés comme de bons indicateurs de l’intensification agricole (Gregory et al., 2005) car sensibles aux changements environnementaux, bien suivis et placés à un niveau élevé de chaîne trophique. Ainsi, de nombreuses études ont permis de montrer que leur déclin n’était pas sans lien avec l’intensification des pratiques agricoles (Newton, 2004). En effet, cette dernière a entrainé une modification des habitats et des disponibilités en ressources, jouant ainsi sur des paramètres démographiques clés de ces populations d’oiseaux des champs : leur reproduction et leur survie.
L’hiver est une période critique du cycle biologique des oiseaux : la survie hivernale (Gillings and Fuller, 2001) dépend grandement des ressources disponibles. Hors, cette saison se caractérise par un accès plus difficile aux ressources, influencé par les conditions climatiques et surtout par leur déplétion au cours de l’hiver (ressources mangées, détériorées…). Les passereaux granivores sont donc particulièrement touchés (Hancock et al., 2009). Totalement dépendant des ressources en graines en hiver, l’intensification agricole rend cette saison plus difficile pour eux(Evans et al., 2004). Les travaux de Siriwardena (Siriwardena et al., 2008, 2006) ont d’ailleurs permis de montrer l’importance de la distribution spatiale des ressources en milieu agricole en distribuant de la nourriture sur des parcelles plus ou moins éloignées.
Les jardins représentent une proportion non négligeable d’habitats et de ressources disponibles pour les oiseaux pendant l’hiver, et peuvent donc jouer un rôle important pour leur conservation. Nourrir les oiseaux en hiver est d’ailleurs une pratique très courante (Fuller et al., 2008). Ainsi, quand les ressources naturelles viennent à manquer, il n’est pas impossible que les passereaux granivores viennent suppléer leur alimentation aux mangeoires (Chamberlain et al., 2007). Leur venue pourrait donc être fortement influencée par les conditions météorologiques alentours et surtout par l’intensification agricole qui peut conditioner la présence ou non de ressources.

L’objectif de ce stage est d’étudier la phénologie de l’abondance des passereaux dans les jardins en hiver. La question qui se pose est de savoir si l’arrivée des passereaux granivores dans les jardins (abondance), au cours de l’hiver, dépend de la présence de graines (mangeoires) et de l’intensité agricole alentours. Une première hypothèse est que plus l’hiver passe, moins il y aura de ressources naturelles dans les paysages agricoles et donc plus les oiseaux seront nombreux dans les jardins qui nourrissent. Une seconde hypothèse est que les oiseaux viendront plus tôt dans les jardins (avec mangeoires) en zone agricole intensive que dans ceux en zone moins intensive. Il devrait être aussi possible de voir des pics d’abondances dans les jardins quand les ressources sont présentes mais indisponibles (typiquement, cachées sous une couche de neige).

Méthodologie :
Pour répondre à la problématique, l’étudiant utilisera des données de comptage issues du programme participatif Oiseaux des Jardins. Cet observatoire existant depuis le printemps 2012, des données entre novembre et mars, sur quatre années, seront mises à sa disposition. Concernant les données d’intensification agricole, l’étudiant sera amener à comparer ce qu’il se passe dans des zones HNV et des zones non HNV (échelle communale) (Pointereau et al., 2010); ainsi que selon un gradient agricole défini depuis la nomenclature du Corine Land Cover. Pour travailler sur la phénologie de l’abondance des oiseaux dans les jardins, l’étudiant pourra utiliser des méthodes de lissages, et comparer ce qu’il se passe à des évènements particuliers comme la date moyenne d’arrivée dans les jardins (Moussus et al., 2010).
Les données étant déjà récoltées, le candidat devra avoir des compétences et un interet pour l’analyse statistique (notions sur le logiciel R souhaitées).
Ce stage s’adresse à un étudiant de master 1 et aura une durée de deux mois, en conséquent l’étudiant ne sera pas rémunéré.

Remarque : Ce stage s’inscrit dans le cadre de travaux de thèse menés sur l’impact de l’agriculture péri-urbaine sur les oiseaux des jardins en hiver.

Références :
Chamberlain, D.E., Gosler, A.G., Glue, D.E., 2007. Effects of the winter beechmast crop on bird occurrence in British gardens. Bird Study 54, 120–126.
Donald, P.F., Sanderson, F.J., Burfield, I.J., van Bommel, F.P.J., 2006. Further evidence of continent-wide impacts of agricultural intensification on European farmland birds, 1990–2000. Agric. Ecosyst. Environ. 116, 189–196.
Evans, A., Vickery, J., Shrubb, M., 2004. Importance of overwintered stubble for farmland bird recovery: a reply to Potts. Bird Study 51, 94–96.
Fuller, R.A., Warren, P.H., Armsworth, P.R., Barbosa, O., Gaston, K.J., 2008. Garden bird feeding predicts the structure of urban avian assemblages. Divers. Distrib. 14, 131–137.
Gillings, S., Fuller, R.J., 2001. Habitat selection by Skylarks Alauda arvensis wintering in Britain in 1997/98. Bird Study 48, 293–307.
Gregory, R.D., van Strien, A., Vorisek, P., Gmelig Meyling, A.W., Noble, D.G., Foppen, R.P.B., Gibbons, D.W., 2005. Developing indicators for European birds. Philos. Trans. R. Soc. B Biol. Sci. 360, 269–288.
Hancock, M., Smith, T., Chamberlain, D., Wilson, J., Lack, P., 2009. Using repeated winter surveys to estimate changes in abundance of seed-eating passerines. Bird Study 56, 65–74.
Moussus, J.-P., Julliard, R., Jiguet, F., 2010. Featuring 10 phenological estimators using simulated data: Featuring the behaviour of phenological estimators. Methods Ecol. Evol. 1, 140–150.
Newton, I., 2004. The recent declines of farmland bird populations in Britain: an appraisal of causal factors and conservation actions. Ibis 146, 579–600.
Pointereau, P., Doxa, A., Coulon, F., European Commission, Joint Research Centre, Institute for Environment and Sustainability, 2010. Analysis of spatial and temporal variations of High Nature Value farmland and links with changes in bird populations a study on France. Publications Office, Luxembourg.
Siriwardena, G.M., Calbrade, N.A., Vickery, J.A., 2008. Farmland birds and late winter food: does seed supply fail to meet demand? Ibis 150, 585–595.
Siriwardena, G.M., Calbrade, N.A., Vickery, J.A., Sutherland, W.J., 2006. The effect of the spatial distribution of winter seed food resources on their use by farmland birds: Spatial patterns of winter food use by farmland birds. J. Appl. Ecol. 43, 628–639.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].