Responsables scientifiques: Dr. LE LUYER Jérémy, Dr. LAPEYRE Bruno et Dr. BRAHMI Chloé

Organisme d’accueil: Centre Ifremer du Pacifique, Vairao BP 49, 98179 Taravao, Tahiti, Polynésie française / Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement, Moorea, Polynésie française

Durée: Janvier – Juin 2018 (6 mois)

Contexte scientifique :
Les bénitiers jouent un rôle clef dans le fonctionnement et le maintien des écosystèmes coralliens. Ces organismes mixotrophes, d’intérêt commercial et vivrier pour les populations locales, sont pourtant extrêmement sensibles au réchauffement climatique. Des phénomènes de mortalité massive ont notamment été observés lorsque des températures estivales anormalement élevées étaient atteintes, comme dans certains lagons aquacoles de Polynésie française. On ne connait que peu de choses quant à la réponse moléculaire du bénitier et de ses symbiontes (Symbiodinium spp.), à ces changements environnementaux.

Objectifs du stage :
Le projet ACCLIMABEST se propose de développer les ressources génomiques pour le bénitier Tridacna maxima, par l’assemblage d’un transcriptome multi-tissus. Par ailleurs, ce projet vise à caractériser la réponse de l’hôte et de ses symbiontes en réponse à des modifications de paramètres physiologiques clefs tels que la production/consommation d’oxygène, croissance coquillière et l’activité photosynthétique. Les résultats de ce projet permettront d’avoir une meilleure connaissance sur l’acclimatation des bénitiers au stress thermique et fournira des outils pour une gestion locale durable de la ressource « bénitier ».

Expertises développées au cours du stage :
– Développement de compétences en analyse de données du transcriptome (RNA-seq) et en analyses bioinformatiques ;
– Développement de compétences en biologie moléculaire (extraction ARN, qPCR) ;
– Participations aux expérimentations sur le terrain (prélèvements tissulaires, biométrie) ;
– Implication dans la thématique de l’unité de recherche en soutien aux écosystèmes insulaires tropicaux.

Expériences souhaitées :
– Expérience en biologie moléculaire ;
– Connaissances en statistique (logiciel R) ;
– Notions en analyses bionformatiques (programmation en bash serait un plus) ;
– Notions de biologie et de physiologie des mollusques ;
– Autonomie, polyvalence, organisation, esprit d’initiative et sens du contact et du travail en équipe.

Pour candidater, merci d’envoyer un CV + une lettre de motivation à : [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].