Mots clés: Thermal physiology; metabolism; inter-individual variability; detritivore; litter decomposition; forested streams.

Encadrant(s):
Thibaut Rota (doctorant, 1), Arnaud Sentis (post-doctorant, ²), Antoine Lecerf (maître de conférences, 1), Éric Chauvet (directeur de recherche CNRS, 1).
Mails : [email protected] ; [email protected] ; antoine.l[email protected] ; [email protected]

Laboratoire(s) :
1 Ecolab (Laboratoire d’écologie fonctionnelle et environnement) – Equipe BIOREF
2 EDB (Laboratoire évolution et diversité biologique) – Equipe PRADA
Lieu du stage :
ECOLAB
Université Toulouse III Paul Sabatier
Bâtiment 4R1, 118, route de Narbonne
31062 Toulouse cedex 9

Contexte scientifique:
Les modifications du climat entrainent une hausse de la température atmosphérique moyenne ainsi qu’une augmentation des fluctuations de la température. En addition, les changements globaux affectent la biodiversité, conduisant à des ajouts ou pertes d’espèces. A l’échelle de l’individu, les organismes ectothermes ajustent leur métabolisme, et donc la consommation de ressources en fonction de la température du milieu. Ces changements sont susceptibles d’affecter le fonctionnement des écosystèmes, mais nos connaissances sur ces effets combinés sont limitées.
La variabilité inter-individuelle pourrait moduler les effets de ces changements, bien que cette hypothèse n’ait pas encore été testée. En effet, les différences individuelles de performances métaboliques en réponse à la température pourraient stabiliser la décomposition des litières dans des environnements thermiques fluctuants, grâce à des effets de complémentarité entre individus d’une même population et/ou d’espèces différentes.

Objectif du stage : comparer l’importance de chaque compartiment biologique étudié (spécifique et individuel) pour stabiliser la fonction de décomposition des litières dans un environnement à température variable (cours d’eau forestier). Ces comparaisons se feront à l’aide de mesures de taux métaboliques et de consommation de litières par des invertébrés détritivores au laboratoire, qui permettront d’effectuer des simulations numériques. Il sera ensuite nécessaire de procéder à une validation des prédictions à l’aide d’expériences au laboratoire et/ou sur le terrain (cours d’eau de la Montagne noire).

Dates de stage : janvier – juin 2018 de préférence (mais les dates et la durée peuvent être modifiées si besoin).

Profil: M2 cursus écologie et/ou biostatistiques. Connaissances sur la biologie et l’écologie des arthropodes, bases solides en écologie et en statistiques (avec le logiciel R), bonnes qualités rédactionnelles et connaissances sur les milieux aquatiques.

Candidature: par mail aux co-encadrants du stage, avec CV et lettre de motivation, avant le 23 Octobre 2017.

Références:
1. Sinclair, B. J., Marshall, K. E., Sewell, M. A., Levesque, D. L., Willet, C. S., … Huey, R. B. (2016). Can we predict ectotherm responses to climate change using thermal performance curves and body temperatures? Ecology letters, 19: 1372-1385.
2. Dell, A. I., Pawar, S., & Savage, V. M. (2014). Temperature dependence of trophic interactions are driven by asymmetry of species responses and foraging strategy. Journal of animal ecology, 83: 70-84. (Virtual issue: « Metabolic constraints and currencies in animal ecology »).
3. Dowd, W. W., King, F. A., & Denny, M. W. (2015). Thermal variation, thermal extremes and the physiological performance of individuals. Journal of experimental biology. 218: 1956-1967.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].