L’association A Rocha France recherche un(e) stagiaire pour une durée de 6 mois, pour contribuer à une étude pour l’établissement de la trame turquoise des marais des Baux.
Contexte :
Les marais des baux, site Natura 2000, labélisés MAB et champs d’expansion des crues du Rhône présente plusieurs éléments de continuités écologiques mêlant milieux aquatiques et milieux terrestres caractéristiques des “trames turquoises” :
• Espace de zones humides avec des résurgences (Laurons) et de proximité de la nappe au vu de l’altitude moyenne de la cuvette (entre 0 et 1m),
• Proximité des sous chainons calcaire des Alpilles (rochers de la Pène) et des massifs calcaires et forestiers de la costière de Crau et de Chambremont
• Territoire situé aux confins des Alpilles, de la Crau et de la Camargue, jouant un rôle de transition et de corridors écologiques à la fois pour les espèces aquatiques et les espèces terrestres
• Territoire occupé par des éléments de continuités linéaires mêlant composantes terrestres et composantes aquatiques : canaux aux bordures végétalisés ou non, ripisylves en bordure de ces canaux, haies
Un réseau hydraulique assez bien développé et dense est présent sur cette zone, mais son potentiel de corridor écologique n’est pas connu.
Des espèces typiques de la trame turquoise, liés à la mosaïque de milieux aquatiques et terrestres, sont présentes sur le marais des baux :
• les libellules, une quarantaine d’espèces sont présentes dont certaines très rares comme la cordulie ou le gomphe de Graslin,
• Les mammifères aquatiques comme le castor, le campagnol amphibie et la loutre,
• Des oiseaux liés aux ripisylves, comme les picidés ou le rollier ont de belles populations dans le marais des Baux,
• Des reptiles et amphibiens liés à la proximité de milieux aquatiques et de milieux terrestres : la cistude est bien représentée dans le marais des Baux et en lien avec la population de Camargue, on peut également citer le pélobate cultripède, un des plus rares batraciens de la région présents dans le marais des Baux
• Des chauves-souris, notamment le grand rhinolophe, utilisent les ripisylves du secteur pour se déplacer entre la Camargue et les Alpilles
Le Parc Naturel Régional des Alpilles souhaite aujourd’hui préciser cette trame turquoise sur ce territoire d’exception, au moyen de l’étude de trois groupes taxonomiques typiques de la trame turquoise : les chiroptères, les picidés, et les mammifères aquatiques que sont le castor et le campagnol amphibie. La création de cet outil permettra d’aider à la décision quant à la préservation de la biodiversité exceptionnelle du territoire. Le PNR des Alpilles a sollicité l’association A Rocha France pour la réalisation de cette étude.
A Rocha France est une association reconnue d’intérêt général loi 1901, fondée en 2000 et opérant principalement dans la vallée des Baux de Provence au Sud des Alpilles. Elle est une branche d’A Rocha Internationale, présente dans 21 pays sur 5 continents. Elle a pour objet principal la conservation de la nature et l’éducation à l’environnement, notamment parmi le public chrétien. A Rocha France est membre de l’UICN France.
A Rocha France effectue depuis plus de 20 ans un suivi écologique dans la vallée des Baux. De 2006 à 2010, elle a été porteuse, avec le Parc naturel régional des Alpilles, d’une concertation à l’échelle de la vallée des Baux concernant la valorisation et la sauvegarde des anciens marais. Cette démarche a débouché sur le classement d’un site remarquable, le domaine de l’Ilon, en Réserve Naturelle Régionale en 2012.
Un travail de cartographie fine de l’occupation du sol des marais des Baux a été réalisé au cours de l’été 2021. Ce travail a notamment permis la production de cartes de favorabilités et la définition de secteurs de réservoirs potentiels pour les espèces ciblées.
L’acquisition des données pour l’étude sur les chiroptères a été réalisée entre mai et octobre 2021. Les analyses des données sont en cours.
L’étude sur les mammifères aquatiques est en cours de réalisation (automne-hiver 2021-2022).
Objectifs de l’étude :
L’objectif de l’étude est de produire la carte de la trame turquoise du territoire des marais de la vallée des Baux ainsi que des préconisations de gestion pour les pratiques hydrauliques, les pratiques agricoles et les pratiques ayant trait à la végétation et les abords des canaux et ripisylves.
Le stage aura pour objectif de :
1- Réaliser une synthèse des connaissances existantes sur les éléments de fonctionnement hydrographique des marais des Baux, afin de mieux approcher la fonctionnalité écologique du territoire.
2- Réaliser un état des lieux des populations de picidés (pic vert, pic épeiche et pic épeichette) au sein des marais de la Vallée des Baux
3- Réaliser une étude de connexité et de connectivité pour les picidés sur le territoire du marais des Baux
Méthodes :

1- Synthèse bibliographique
Cette étape est indispensable à la définition des préconisations de gestions. Il s’agira en particulier de s’appuyer sur les études réalisées par A Rocha France par le passé, sur l’étude hydraulique du bassin versant Sud-Alpilles, et sur les résultats préliminaires de l’étude Osmose (en cours), ainsi que sur les ressources cartographiques existantes. La production de cartes de synthèses est particulièrement attendue.

2- Etat des lieux des populations de picidés
Il s’agira de cartographier et si possible quantifier les sites de reproduction des populations de ces trois espèces sur la zone d’étude et en particulier sur les secteurs à enjeux identifiés. Ces espèces étant relativement communes sur la zone d’étude (données A Rocha), leur présence sur l’ensemble des habitats favorables de la zone doit être suspectée a priori. Idéalement, l’ensemble des secteurs arborés de la zone d’étude (réservoirs potentiels) seront donc prospectés. Il sera notamment nécessaire d’inclure des secteurs où la présence des pics est incertaine voire improbable afin de contrôler la qualité de la cartographie des réservoirs potentiels réalisée en amont. Sur les secteurs identifiés, il s’agira de localiser les territoires des couples ou individus nicheurs potentiels. Pour cela, un protocole de site occupancy (MacKenzie et al. 2002) sera réalisé avec une division du linéaire prospecté en tronçons et une répétition des passages sur tous les secteurs (3 passages recommandés sur la période ciblée). Cette méthode permettra de déterminer la probabilité de présence des différentes espèces ciblées sur chaque transect en intégrant la probabilité de détecter chaque espèce ou non au cours des prospections.
A partir des résultats obtenus, une carte de probabilité de présence des pics sera produite. Il s’agira également de cartographier la qualité de l’habitat. Ces deux cartes permettront de contrôler la carte de favorabilité des picidés sur la zone d’étude.
Le croisement des différentes cartes permettra d’identifier les secteurs a priori favorables où une ou plusieurs espèces sont absentes, ainsi que les secteurs défavorables où le milieu nécessaire à la présence des pics est absent. Ces différents résultats permettront donc de produire des préconisations de gestion spécifiques et géolocalisées.

3- Analyse des données
Le traitement informatique des données sera réalisé comme suivant :
– Les données de terrain seront saisies dans un tableur (logiciel Microsoft Excel) reprenant à minima les entêtes de colonnes nécessaires pour leur intégration dans SILENE-FAUNE (le masque de saisie sera soumis pour validation préalable au maître d’ouvrage)
– les fichiers cartographiques seront élaborés sous le logiciel de SIG QGis à partir du fichier Microsoft Excel et seront rendus compatibles avec d’autres logiciels de SIG existant sur demande
– le système de projection utilisé sera le Lambert 93 ;
Pour les picidés, les données de présence et d’absence, ainsi que les données d’abondance, seront analysées en utilisant le logiciel R afin d’estimer les probabilités de présence, de détection, et les densités, selon les méthodes de Site Occupancy (MacKenzie et al. 2002) et de Royle (Royle 2004). A partir des résultats des analyses statistiques, nous cartographierons la probabilité de présence pour les secteurs où les pics n’auront pas été détectés au cours de l’étude.

4- Synthèse cartographique
Cette partie de l’étude consistera à :
– Contrôler la qualité de la carte de favorabilité en recoupant la carte réalisée initialement et la carte de présence produite suivant les prospections de terrain par espèce
– Si nécessaire, corriger les critères de favorabilité et redéfinir une nouvelle carte qui intègre a minima les secteurs de présence réelle des espèces étudiées
– Déterminer la taille des domaines vitaux des espèces d’après la bibliographie
– Cartographier la connexité par espèce
– Analyser la connectivité en intégrant la carte de connexité et les coefficients de friction des habitats (selon méthode IMBE)
– Identifier les zones nodales, zones de corridors potentiels et secteurs de faible connectivité à partir de la cartographie de connexité (ou de favorabilité), réalisation d’une cartographie de connectivité
– Définir des préconisations de gestion adaptées aux picidés

Conditions :
Le stage sera encadré par Timothée Schwartz, docteur en écologie et directeur scientifique de l’association A Rocha France.
Le stage sera rémunéré (gratification légale minimale).
Le stage se déroulera dans les locaux de l’association A Rocha à Arles.
La rédaction d’un rapport de stage est attendue.
Périodes de stage : Stage de 6 mois. De début février à fin juillet

PROFIL
Il / elle saura faire preuve d’autonomie mais aussi travailler en équipe.
Une très bonne capacité d’organisation est indispensable.
Il / elle aura un Niveau Master 2 avec expérience pertinente en écologie, hydrologie et goût prononcé en ornithologie.
Connaissances théoriques sur les réseaux écologiques et la trame verte et bleue attendues.
Bon niveau en SIG attendu (QGIS).
Bonne connaissance de R (ou RStudio) indispensable.
Maîtrise des logiciels de bureautique indispensable.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].