Les berges de cours d’eau constituent des milieux à l’interface des écosystèmes aquatique et terrestre. Elles accueillent une très riche biodiversité et fournissent un grand nombre de fonctions et services écologiques d’importance. Outre une pression accrue de l’artificialisation de ces zones riveraines naturelles qui ont vu leurs surfaces drastiquement réduites, les changements globaux entraînent :
• à travers les changements climatiques, une baisse annoncée des précipitations estivales et des débits d’étiage ;
• une pression croissante des espèces exotiques envahissantes.
Les sécheresses estivales et la réduction des débits d’étiage provoquent une mortalité accrue de certaines espèces végétales rivulaires. Cette contrainte va en augmentant avec les changements climatiques et risque de toucher un panel de plus en plus large de cours d’eau.
Par ailleurs, les milieux rivulaires sont particulièrement affectés par les invasions végétales. Les plantes exotiques envahissantes prennent une place de plus en plus importante dans les cortèges floristiques des ripisylves, à la fois en nombre d’espèces ou en recouvrement. On assiste ainsi à un remplacement progressif des communautés végétales autochtones par de nouveaux écosystèmes dominés par des communautés végétales pauvres en biodiversité, composées majoritairement de ces espèces exotiques envahissantes.
Le génie végétal consiste en la construction d’ouvrages mettant en œuvre des végétaux vivants dans un objectif de restauration écologique et/ou de protection des sols. Sur les berges de cours d’eau, il peut être utilisé pour limiter l’érosion et/ou restaurer la biodiversité. Il peut être mis en œuvre pour limiter la colonisation par des espèces exotiques envahissantes ou réduire localement leur dominance. En revanche, la sécheresse estivale est ainsi un des principaux freins au développement des techniques de restauration de berge en milieu méditerranéen et un des facteurs majeurs de leur échec sur tout le territoire.
Il apparaît donc essentiel de développer des techniques de restauration des berges de cours d’eau favorisant les fonctions rivulaires de résistance à la sécheresse et limitant le développement des espèces exotiques envahissantes, en s’appuyant sur les modèles naturels en milieu méditerranéen.
Le LESSEM (Laboratoire Ecosystèmes et Sociétés en Montagne) et la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) s’associent pour initier une étude visant à recenser les connaissances actuelles sur l’utilisation de techniques issues du génie végétal en berges de cours d’eau en milieu aride. Le stage proposé s’insère dans ce cadre collaboratif.

Objectif et contenu du stage :

Objectif :
Le stage a pour objectif de contribuer au développement du génie végétal sur les berges de cours d’eau dans un contexte de changements globaux avec une pression croissante de la sécheresse et des espèces exotiques envahissantes.

Contenu :
1- Une analyse bibliographique permettra de recenser les différentes techniques de restauration adaptées à la sécheresse et au contrôle des espèces exotiques envahissantes. Il s’agira de positionner les techniques par rapport à leur résistance à la sécheresse et d’être attentif aux innovations et dispositifs à même d’augmenter la survie des végétaux lors des premières saisons de végétation.
2- Un recensement issu de la littérature scientifique et grise permettra de lister toutes les espèces autochtones déjà utilisées en France ou ailleurs (notamment dans le pourtour du bassin méditerranéen), montrant un potentiel pour le génie végétal en milieu aride et en limitant le développement des espèces exotiques envahissantes.
3- Par ailleurs, un second volet sera consacré à l’étude des modèles naturels fonctionnels existant en milieu méditerranéen. Ce travail permettra de s’inspirer des structures développées par la nature pour proposer des espèces adaptées.
4- Des échanges seront menés avec l’association espagnole pour le génie biologique qui a déjà une bonne expérience sur cette thématique.
Profil recherché :
Niveau d’études : Ingénieur Bac+4/Bac+5
Formations recommandées : Ecologie, milieux riverains, ingénierie écologique.
Compétences :
• Ecologie végétale / Ecologie des communautés
• Intérêt pour le génie végétal et les ripisylves
• Capacités rédactionnelles et de synthèse
• Rigueur et aptitude au travail en équipe
• Pratique de l’espagnol

Caractéristiques du stage :
Durée : 6 mois
Contrat : Stage indemnisé selon la règlementation en vigueur (convention de stage)
Date de début du stage : 1er février ou 1er mars 2022
Lieu : INRAE Grenoble, 2 rue de la papeterie, 38400 Saint Martin d’Hères
Encadrement : André Evette ([email protected]) , Fanny Dommanget ([email protected]), William Brasier [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].