Contexte :
Les services de régulation des bioagresseurs dans les systèmes agroforestiers (SAF) résultent d’un ensemble de processus complexes qui interagissent entre eux à différentes échelles. L’effet de la diversité végétale des agroécosystèmes sur les bioagresseurs varie en fonction des espèces cultivées ou non, des traits de vie des bioagresseurs, du profil des communautés d’ennemis naturels et des conditions du milieu (Malézieux, 2011; Ratnadass et al., 2012). La composition de la biodiversité présente dans les SAF, à l’échelle de la parcelle ou à celle du paysage peuvent avoir des effets directs ou indirects sur les bioagresseurs. Elles peuvent ainsi modifier le développement, la reproduction et les comportements de recherche de la ressource des bioagresseurs (i.e., bottom-up control) ou augmenter l’abondance des ennemis naturels (i.e., top-down control). La dynamique des populations de bioagresseurs résulte en effet d’interactions dynamiques avec l’environnement biotique et abiotique, qui se produisent au cours du temps et dans l’espace au sein de la parcelle et du paysage (Gaba et al., 2015).
En Amérique Centrale, la culture du café est fortement menacée par les maladies et ravageurs si on considère notamment l’épidémie récente de rouille et l’expansion du scolyte des baies dans cette région. Le contrôle de ces bioagresseurs est un enjeu très important pour les petits producteurs de café de cette région qui produisent essentiellement en système agroforestier. Dans ces SAF, il existe différents niveaux d’intensité tant dans l’utilisation des pesticides que dans les pratiques culturales et les associations avec des plantes pérennes. Ces systèmes sont de fait diversifiés à différents degrés mais la biodiversité n’y est pas forcément optimisée pour la provision de services écosystémique (régulation, fertilité…).

Objectifs :
L’objectif principal de ce stage est de caractériser le service de régulation du principal ravageur du café au niveau mondial (Hypothenemus hampei) dans des SAF à base de café du Costa Rica et du Nicaragua.
Le stage consistera à déterminer l’effet de la biodiversité végétale spécifique et fonctionnelle sur le contrôle du scolyte des baies du café. Différentes voies d’action de la biodiversité végétale seront explorées. Les effets bottom-up via l’effet de la diversification sur le microclimat et les effets top-down via l’effet de la diversification sur la communauté d’ennemis naturels (fourmis, araignées) des scolytes.
La première étape du stage consistera à la mise en place d’un modèle statistique représentant les différentes voies d’action de la diversité fonctionnelle sur le scolyte à partir de données déjà collectées au Costa Rica et au Nicaragua. Cette étape permettra en parallèle, de développer des expérimentations complémentaires en condition semi -naturelles en ciblant les ennemis naturels identifiés comme étant les plus impliqués dans cette régulation. Ce travail d’expérimentation consistera à l’élaboration de protocoles pour observer et quantifier la prédation du scolyte et à leur mise en œuvre (par exemple par l’utilisation de proies sentinelles et/ou de vidéo ; c.f. Collett & Fisher, 2017)

Compétences souhaitées :
Bon niveau en statistique et en écologie des communautés
Intérêt pour l’entomologie et les conditions de travail en zone tropicale
Connaissance en espagnol
Compétence acquise pendant le stage : Modélisation statistique, Ecologie des communautés, Contrôle biologique

Conditions du Stage :
• Durée : 6 mois à partir de Janvier ou Mars 2018
• Localisation géographique : Costa-Rica, Turrialba, CATIE (http://www.catie.ac.cr) avec une mission envisagée au Nicaragua, El tuma-La Dalia et deux derniers mois à Montpellier
• Condition de stage : Ce stage sera réalisé dans le cadre du projet STRADIV qui assure une bourse à hauteur de (554 €/mois), ainsi que le fonctionnement sur le terrain.
• Le logement ainsi que la nourriture est à charge de l’étudiant. Le CATIE est un campus universitaire sur lequel il est possible de se loger (chambre étudiante 120$/mois).
• Contacts et encadrement : Leïla Bagny Beilhe ([email protected]), Dominique Carval ([email protected])

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].