Contexte et objectifs de l’étude

Le climat est un déterminant majeur de nombreux processus écologiques (Stenseth et al. 0802.). Chez les oiseaux, le climat est une composante environnementale qui agit avec force sur la démographie et le fonctionnement général des populations. Les conditions climatiques ont été démontrées chez de nombreuses d’espèces comme des déterminants majeurs des chances de survie, des calendriers saisonniers (migration, nidification), du succès reproducteur et, de manière ultime des taux d’accroissement (e.g. Crick 2004, Saether et al. 2004, Robinson et al. 2007). Dans un contexte de changement climatique, disposer d’éléments qui permettent de prédire les réponses démographiques et comportementales au sein des populations d’oiseaux est en enjeu de première importance en matière de conservation (Grobois et al. 2006, Wright et al. 2009). Pour les espèces migratrices, une appréciation fine de l’implication des changements climatiques nécessite de disposer d’éléments sur la manière selon laquelle la tendance et la variabilité associées au climat sont en mesures d’affecter le comportement et la démographie aux différentes étapes clés du cycle annuel des espèces (Sparks & Mason 2004). L’étude des effets du climat sur le glissement des aires de reproduction, les stratégies migration au printemps, la phénologie de la reproduction et les répercussions sur la valeur sélective des individus ont ainsi fait l’objet de nombreux développement (e.g. Newton 2004, Thomas & Lennon 1999, Crick 2004, Grégory et al. 2009, Charmentier & Giennap 2014). A l’inverse, les effets du climat sur le déroulement de la migration à l’automne, le contour des aires d’hivernage et les
éventuelles réponses démographiques associées restent peu documentés (e.g. Valesia & Bowen 2003, Visser et al. 2009, Praapocki et al. 2014, Ambrosini et al. 2016, Meller et al. 2016).

Nous nous proposons d’aborder ces derniers aspects chez une espèce gibier, l’Alouette des champs (Alauda arvensis). A l’échelle de l’Europe, l’Alouette des champs est une espèce migratrice partielle, pour laquelle la France représente une zone privilégiée d’hivernage et de stationnement migratoire pour les populations issues principalement d’Europe du nord et centrale. Plusieurs dizaines de millions d’alouettes des champs transiteraient ainsi chaque année par le territoire métropolitain (Spaepen 1995) et jusqu’à 10 milions d’oiseaux y stationneraient pendant les mois d’hiver. Les effectifs nicheurs chez cette espèce témoignent d’un déclin marqué en France et en Europe d’une manière générale depuis plusieurs décennies (PECBMS, Roux et al. 2016). Si l’un des mécanismes proximaux à ce déclin impliquerait une réduction de la productivité annuelle des populations liée
notamment à une modification des habitats de reproduction (Schläpfer 1988, Wilson et al. 1997, Chamberlain et al. 2000, Donald 1999), la dégradation des conditions d’hivernage est également un mécanisme supposé (Chamberlain & Crick 1999, Wolfenden & Peach 2001). Les réponses à la variabilité des conditions climatiques rencontrées à l’automne-hiver restent toutefois peu documentées chez cette espèce et par conséquent l’implication des changements climatiques difficile à appréhender. En particulier, les réponses démographiques aux fluctuations du climat et à l’occurrence d’évènements extrêmes (e.g. vagues de froid) sont méconnues. Il en est de même en ce qui concerne l’éventuelle
plasticité associée au niveau de fréquentation de notre pays par les oiseaux hivernants ou encore à leur mode de distribution spatiale sur notre territoire.

Dans ce contexte, les objectifs opérationnels de cette étude sont d’apprécier l’influence des conditions climatiques rencontrées par les oiseaux au cours des phases de migration et d’hivernage sur :
i) la tendance et la variabilité associées à la survie annuelle,
ii) le niveau d’abondance des hivernants dans notre pays (reflet supposé de la stratégie de
migration adoptée par les individus migrateurs)
iii) la distribution spatiale des effectifs hivernants et leur mode d’utilisation des habitats.

Les sources de données
– Les données d’abondance des populations hivernantes en France
Les données d’abondance de l’Alouette des champs en hiver seront extraites de la base de données spatialisées du Programme « Flash » (Réseau « Oiseaux de passage », Roux et al. 2016). Ce programme appuie sa méthodologie sur environ 5 000 points d’observation répartis sur l’ensemble du territoire national et prospectés chaque hiver (mi-janvier) depuis 2000 par environ 800 observateurs.
– Les données de baguage
Les données de baguage-contrôle/reprise disponibles incluent la totalité des données saisies dans la Base de données de baguage et déplacements d’oiseaux de France du CRBPO (voir https://crbpodata.mnhn.fr/). Ces données sont complétées par celles du Centre de Baguage Belge et informatisées depuis le début des années 1990. La Belgique se situe sur une importante voie de migration en Europe de l’Ouest (« Voie Atlantique ») et un important effort de baguage y est également consenti sur cette espèce à l’automne.
Au total, les données disponibles concernent env. 450 000 alouettes baguées depuis 1990.

Equipe d’accueil : Le stage sera réalisé au sein de l’Office National de la Chasse et de la Faune
Sauvage – Unité Avifaune migratrice, en partenariat avec le Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux (UMR 7204 CNRS MNHN UPMC – CESCO).

Encadrants: Cyril ERAUD ([email protected]), Frédéric JIGUET ([email protected]).

Lieu d’affectation de l’étudiant : Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. Réserve de Chizé. 79 360 Villiers-en-Bois. France. (Centre d’Etudes Biologiques de Chizé – CNRS)

Période et durée de stage : 6 mois entre janvier et septembre 2018.

Gratification : env. 550 euros/mois. Non logé.

Candidature. Le(la) candidat(e) doit suivre cette année un Master 2 (ou équivalent) dans des
disciplines relevant des Sciences de la Vie : Ecologie, Biologie évolutive, Biométrie ou autres
disciplines pertinentes.

Le(la) candidat(e) doit posséder les compétences suivantes :

– Bonne connaissance des méthodes d’analyses de données issues de programmes de capture-marquage-recapture/reprise et des logiciels associés (Mark, E-Surge, …).
– Maitrise des outils d’analyses statistiques et cartographiques usuels (R, SIG, …).
– Maitrise de l’Anglais scientifique (écrit et oral).
– Notions d’ornithologie.

Les dossiers de candidature (lettre de motivation d’une page et CV) sont à adresser par courriel à :
[email protected]

Date limite de dépôt des dossiers: 15 Novembre 2017 (minuit).

Pour tous renseignements vous pouvez contacter : Cyril ERAUD (+33 (0)5 49 09 74 12).

Références citées

Ambrosini R et al. (2016) Migratory connectivity and effects of winter temperatures on migratory behaviour of the European robin Erithacus rubecula: a continent-wide analysis. J. Anim. Ecol. 85: 749-760.
Chamberlain DE & Crick HQP (1999) Population declines and reproductive performance of Skylarks (Alauda arvensis) in different regions and habitats of the United Kingdom. Ibis 141 : 38-51.
Chamberlain D et al. (2000) Changes in the abundance of farmland birds in relation to the timing of agricultural intensification in England and Wales. J. Appl. Ecol. 37: 771-778.
Charmentier & Giennap (2014) Climate change and timing of avian breeding and migration: evolutionary versus plastic changes. Evol. Appl. 7: 15-28.
Crick HQP (2004) The impact of climate change on birds. Ibis 146 (Suppl.1) : 48–56.
Donald PF (1999) The ecology and conservation of Skylarks (Alauda arvensis) on lowland farmland.- Unpublished Dphil. Thesis, University of Oxford.
PECBMS http://www.ebcc.info/pecbm.html
Grégory RD et al. (2009) An Indicator of the Impact of Climatic Change on European Bird Populations. Plos One 4: e4678.
Grobois V et al. (2008) Assessing the impact of climate variation on survival in vertebrate populations. Biological Reviews 83: 357– 399.
Meller K et al. (2016) Interannual variation and long-term trends in proportions of resident individuals in partially migratory birds. J.Anim. Ecol. 85 : 570–580
Newton I (2004) Population limitation in migrants. Ibis 146: 197–226.
Prapocki N et al. (2014) Regional distribution shifts help explain local changes in wintering raptor abundance: Implications for interpreting population trends. Plos One 9: e86814.
Robinson RA et al. (2007) Weather-dependent survival: implications of climate change for passerine population processes. Ibis 149: 357–364.
Roux D et al. (2016) Suivi des populations nicheuses (1996-2016) et hivernantes (2000-2016). Réseau national d’observation « Oiseaux de passage » ONCFS-FNC-FDC. Rapport interne ONCFS, novembre 2016, 28 p.
Saether B et al. (2004) Climate Influences on Avian Population Dynamics. In Moller AP, Fiedler W & Berthold P (eds) Birds and climate change. Advances in Ecological Research 35, pp. 185-209, Elsevier, Amsterdam.
Spaepen, J. (1995) A study of the migration of the Skylark Alauda arvensis, based on European ringing data. Le Gerfaut 85: 63-89.
Sparks TH & Mason CF (2004) Can we detect change in the phenology of winter migrant birds in the UK? Ibis 146 (Suppl.1): 57-60.
Stenseth NC et al. (2002) Ecological effects of climate fluctuations. Science 297: 1292-1296.
Thomas CD & Lennon JJ (1999) Birds extend their ranges northwards. Nature 399: 213.
Valesia I & Bowen JL (2003) Shifts in winter distribution in birds: Effects of global warming and local habitat change. Ambio 7: 476-480.
Visser, M E et al. (2009) Climate change leads to decreasing bird migration distances. Global Change Biology 15: 1859–1865.
Wilson JD et al. (1997) Territory distribution and breeding success of Skylarks Alauda arvensis on organic intensive farmland in southern England. J. Appl. Ecol. 34 : 1462-1478.
Wolfenden IH & Peach WJ (2001) Temporal changes in the survival rates of Skylarks Alauda arvensis breeding in duneland in northwest England.- In : Donald PF, Vickery JA (eds) The Ecology and Conservation of Skylarks Alauda arvensis. Sandy : RSPB: 79-89.
Wright LJ et al. (2009) Importance of climatic and environmental change in the demography of a multi-brooded passerine, the woodlark Lullula arborea. J. Appl. Ecol. 78:1191-202.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].