Titre : Résistance aux pathogènes et vitesse du cycle de vie : une approche comparative chez les mammifères

Encadrants : PONTIER Dominique – GAILLARD Jean-Michel – LEMAITRE Jean- François

Laboratoire des encadrants : Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive (UMR CNRS 5558)

Sujet : Les mammifères montrent une grande diversité de stratégie biodémographiques. Cette diversité est principalement organisée autour d’un continuum opposant aux espèces ‘rapides’ caractérisées par un âge de première reproduction précoce, une forte fécondité annuelle et une faible longévité, les espèces ‘lentes’ caractérisées par un âge de reproduction tardif, une faible fécondité annuelle et une forte longévité. Ce continuum est maintenu une fois l’effet allométrique de la masse corporelle sur les traits d’histoire de vie pris en compte.
Ces stratégiques opposées ont évolué en réponse à des pressions de sélection très différentes. En particulier, des travaux récents ont montré que les espèces lentes évitaient tous risque de mortalité, conduisant à observer une survie adulte forte et très peu variable tant au niveau populationnel (Gaillard & Yoccoz 2003 Ecology 84:3294-3306) qu’au niveau individuel (Péron et al. Evolution 70:2909-2914). Ce processus, est connu sous le nom de canalisation de la survie adulte.
Dans la plupart des populations de mammifères en milieu naturel, les pathogènes constituent une source de mortalité majeure. Nous nous attendons donc à ce que la sélection naturelle ait favorisée l’évolution de mécanismes de résistance aux infections et ainsi que l’évolution de mécanismes d’évitement des risques de transmission d’autant plus important que l’espèce à un cycle de vie lent. Le stage aura pour objet de tester cette hypothèse au sein des mammifères par le biais d’une analyse comparative prenant en compte la phylogénie. La faisabilité de ce projet est très forte dans la mesure où une base de données démographique permettant de mesure la vitesse du cycle de vie (ex : par le biais du temps de génération) est disponible chez les encadrants (Malddaba : Mammalian demographic Database : Gaillard & Lemaître). De même, une base de données ‘pathogen in the wild’ est en cours d’élaboration (D. Pontier). Enfin l’équipe d’encadrants possède une grande maitrise des techniques statistiques requises pour ce stage.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].