Contexte
L’agriculture urbaine connaît depuis une dizaine d’années un essor considérable en France et dans le monde. Cette agriculture se caractérise par une grande diversité de formes et de fonctions (Specht et al. 2014). Des formes originales d’agriculture urbaine se développent, telles que les micro-fermes urbaines, caractérisées par leurs multifonctionnalités et dont l’activité de production et vente ou distribution d’aliments est étroitement imbriquée dans des activités de loisir, pédagogiques ou sociales (Daniel 2017). Ces micro-fermes sont implantées sur des sols urbains remaniés ou non, d’historique très hétérogène ou encore sur du bâti, en construisant des sols à partir de matériaux divers, en particulier des déchets organiques de la ville. Les fortes attentes vis-à-vis de ces composantes d’une trame verte suscitent de nombreuses questions sur l’insertion des projets dans les formes urbaines existantes, les services écosystémiques ou dys-services rendus au milieu urbain ou encore sur les impacts de ces micro-fermes sur le milieu urbain.
Le projet de recherche SEMOIR a pour objectif d’évaluer les services écosystémiques rendus par les micro-fermes urbaines et leurs sols. Plusieurs services seront considérés : support de biodiversité, approvisionnement, régulation et services culturels, afin d’apporter aux acteurs de la ville des éléments pour une meilleure gestion de cette forme d’agriculture urbaine et de leurs sols.

Objectifs du stage
Ce stage s’intégrera dans la première phase du projet de recherche SEMOIR qui a pour objectif de sélectionner des sites d’étude. L’objectif du stage sera de caractériser les sites d’une dizaine de micro-fermes urbaines franciliennes tant au niveau de leurs sols que de l’organisation spatiale afin de permettre ultérieurement le choix d’un nombre réduit de fermes sur lesquelles les services écosystémiques seront évalués.

Il s’agira de :
– réaliser un inventaire des données existantes sur les sites potentiels d’étude ;
– réaliser une première campagne de terrain visant à cartographier l’occupation des sols, faire un inventaire préliminaire des pratiques culturales des micro-fermes et prélever des échantillons de sol pour caractérisation ;
– participer à la mise en œuvre d’un atelier d’échange avec les porteurs de projets des micro-fermes.
Méthodologie
Le stage sera articulé en plusieurs phases (durées indicatives) :
– Phase 1 (1 mois) : bibliographie et préparation du travail de terrain.
– Phase 2 (1 mois) : Phase de terrain avec collecte et analyse des données au niveau des micro-fermes. Participation à l’organisation de l’atelier d’échange avec les porteurs de projets.

Conditions
Début du stage : possible à partir d’avril/mai 2018 pour 2 mois. Candidature acceptée jusqu’au 5 janvier 2018.
Structure d’accueil : Unité Mixte de Recherche ECOSYS sur le site d’AgroParisTech – Grignon ou sur le site Claude Bernard d’AgroParisTech.
Compétences en agronomie ou plus généralement en science de l’environnement souhaitées. Le stagiaire devra avoir un goût pour le travail de terrain. Anglais lu couramment.
Stage non rémunéré (< 2mois)
Encadrement : Baptiste Grard (UMR ECOSYS, INRA – AgroParisTech) et Claire Chenu (UMR ECOSYS, INRA – AgroParisTech)
Permis B recommandé.
Contact : [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].