Offre de stage de Master 2ème année (2019-2020)

Comment la pression de compétition module-t-elle la dynamique invasive d’une population introduite ? Application aux insectes ravageurs de stocks de grains

Encadrants:
Philippe Louâpre (MCU – CNRS), Jérôme Moreau (MCU – CNRS)
UMR CNRS 6282 Biogéosciences, Université Bourgogne Franche-Comté
6 Boulevard Gabriel, 21000 Dijon, France

Mots-clés:
Invasion biologique, compétition intra-spécifique, personnalité, traits-d ’histoire de vie, ecologie comportementale

Sujet:
Dans le contexte des changements globaux, les invasions biologiques sont reconnues comme l’une des principales menaces actuelles pesant sur la biodiversité. Les populations impliquées dans les invasions biologiques présentent des caractéristiques particulières qui peuvent expliquer leur capacité à surpasser les différentes barrières (géographie, survie et reproduction, dispersion) durant le processus d’invasion. Les capacités des individus à percevoir et à répondre à une pression de compétition décroissante depuis le point d’introduction jusqu’au front d’invasion est par exemple un des éléments clés déterminant le succès d’une invasion biologique. L’objectif général du stage de Master sera d’étudier l’influence des interactions intraspécifiques sur la dynamique spatiale et temporelle d’une invasion biologique en considérant les traits d’histoires de vie et la personnalité des individus de la population introduite. L’hypothèse principale est que la variation de la sensibilité des individus à la compétition est un facteur clé déterminant la dynamique de l’invasion. Le stage permettra (i) de mieux caractériser la structure et la dynamique du syndrome d’invasion d’une population à l’échelle spatiale et temporelle, en se basant sur les corrélations possibles entre traits d’histoire de vie et personnalité, et (ii) de quantifier l’importance du gradient de compétition décroissant vers le front d’invasion sur la propension des individus à se disperser.
Les expériences se focaliseront sur un système écologique particulier : les insectes ravageurs des stocks de graines. Ces insectes sont le fléau majeur des graines stockées en silos de par le monde, notamment la bruche du niébé Callosobruchus maculatus (Coleoptera : Chrysomelidae). L’introduction de quelques individus au sein d’un silo de graines représente la première étape de l’invasion biologique d’un nouvel environnement par ces insectes ravageurs. Ce modèle a récemment été utilisé afin d’étudier la dynamique d’une invasion biologique en lien avec l’évolution des capacités de dispersion des individus au niveau du front d’invasion. Cette espèce permet la mise en place rapide d’une série de mesures de comportements (réponse à la compétition, traits de personnalité) et de traits d’histoire de vie allant de paramètres morpho-anatomiques jusqu’à des paramètres physiologiques (fonction immunitaire, reproduction, réserves énergétiques…).

Techniques envisagées :
Tests comportementaux en conditions contrôlées, Mesures de traits d’histoire de vie, éco-immunologie, physiologie de la reproduction, élevage, dissection d’insectes.

Compétences requises :
Il sera demandé au candidat de solides connaissances en écologie des populations, écologie des interactions, ainsi qu’en écologie comportementale. Des compétences en analyse de données seront également requises (logiciel R). Une expérience de recherche sur le modèle insecte est un plus mais pas nécessaire.

Bibliographie
Ochocki, B. M. & Miller, T. E. X. Rapid evolution of dispersal ability makes biological invasions faster and more variable. Nat. Commun. 8, 1–8 (2017).
Dougherty, L. R. et al. Sexual conflict and correlated evolution between male persistence and female resistance traits in the seed beetle Callosobruchus maculatus. Proc. R. Soc. B Biol. Sci. 284, (2017)

Informations pratiques:
Les étudiants potentiellement intéressés doivent envoyer à Philippe Louâpre ([email protected]) et Jérôme Moreau ([email protected]) un seul fichier pdf contenant dans l’ordre (i) un CV détaillé avec le contenu des formations suivies et le classement obtenu en M1, (ii) une lettre de motivation, (iii) les relevés de notes de Master 1. La date limite pour l’envoi du document aux encadrants est fixée au 31 octobre 2019. Il est conseillé de manifester son intérêt pour le sujet le plus tôt possible.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].