Laboratoire d’accueil : UMR 5174 – Evolution & Diversité Biologique,
Université Paul Sabatier, Toulouse – https://edb.cnrs.fr
Equipe d’accueil : AQUAECO – Ecologie Aquatique et Changements Globaux

Début du stage : 17 janvier 2022
Durée : 5 mois
——————
Contexte

Dans le cadre de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB 2011-2020), divers indicateurs ont été construits pour renseigner sur l’état et l’évolution de la biodiversité en France métropolitaine. Pour les milieux aquatiques, les poissons d’eau douce sont de bons indicateurs de l’intégrité écologique des cours d’eau. À ce titre, l’Indice Poissons de Rivière (IPR) ou son équivalent pour les plans d’eau, développés dans le cadre de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE, directive 2000/60/EC), ont été retenus comme indicateurs de biodiversité des milieux aquatiques. Basés sur des métriques sensibles à l’intensité des perturbations humaines (abondance des différentes espèces, structure taxonomique des communautés), ces indices mesurent le niveau d’altération des peuplements de poisson et permettent de suivre l’évolution temporelle de l’état de ces peuplements. Cependant, la biodiversité est un objet « multi-facettes » dont la complexité ne peut se résumer à l’aide d’un seul indicateur et il apparaît nécessaire de développer des indicateurs complémentaires qui intègrent des modifications fonctionnelles (traits biologiques) des communautés de poissons et renseigne sur le fonctionnement des milieux aquatiques (flux d’énergie).

L’approche « size spectrum »

Au cours de ces dix dernières années, des avancées méthodologiques importantes ont concerné l’étude de la relation entre l’abondance et la taille des organismes, considérée comme un trait crucial pour de nombreux processus (e.g. métabolisme, respiration, position dans les réseaux trophiques). Cette relation taille-abondance (« size-spectrum ») est un indicateur qui intègre à la fois des aspects structurels et fonctionnels de la biodiversité, dont la pente est susceptible de varier en réponse à des changements environnementaux et des pressions anthropiques, pouvant fournir ainsi un outil puissant pour quantifier des impacts au niveau de l’écosystème. Toutefois, bien que des tests prometteurs aient été conduits en milieu marin, l’utilisation de cette relation en tant que bio-indicateur fonctionnel des milieux d’eau douce reste, à ce jour, à tester.

Objectifs du stage

En valorisant des données recueillies par l’Office Français de la Biodiversité (OFB) dans le cadre des réseaux de surveillance des cours d’eau, le stage proposé vise à comparer l’approche « size spectrum » avec des indicateurs opérationnels actuellement utilisés par les gestionnaires (bioindicateurs DCE) en rivière. Plus spécifiquement, les objectifs du stage seront de :
– quantifier la pente de la relation taille-abondance pour chaque site étudié
– analyser la complémentarité entre l’approche « size spectrum » et les bioindicateurs DCE
– tester et comparer les réponses du size spectrum et des bioindicateurs à diverses pressions anthropiques

Réalisation du stage

Le stage s’effectuera au sein du laboratoire Evolution & Diversité Biologique (Univ. Toulouse III) et s’inscrit dans le cadre du projet SPECTRA. Dans ce contexte, le stagiaire participera aux comités de suivi réunissant les scientifiques et correspondants OFB du projet.

Candidature

Envoyer CV et lettre de motivation à Julien Cucherousset ([email protected]), Gaël Grenouillet ([email protected]) et Ignasi Arranz-Urgell ([email protected]).
Date limite de candidature : 1er décembre 2021.
A l’issue de la période de candidature, un entretien sera proposé aux candidat-e-s retenu-e-s, pour un début du stage à partir du 17 janvier 2022.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]; [email protected]; [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].