Encadrants : Stage proposé par Frédéric Gosselin et Marion Gosselin (Irstea)

Lieu du stage : Irstea, Domaine des Barres, 45290 Nogent-sur-Vernisson (Loiret) (http://www.irstea.fr/efno)

Contact: Frédéric Gosselin : [email protected], 02 38 95 03 58

L’impact de la gestion forestière sur la biodiversité est un des critères d’évaluation de la durabilité de la gestion forestière (Gosselin et Gosselin, 2008). Ainsi, des préconisations sont aujourd’hui faites pour améliorer la gestion forestière du point de vue de la biodiversité (Gosselin et Paillet, 2017). L’objet du projet GNB (Gestion, Naturalité et Biodiversité) est d’analyser et de quantifier l’impact de l’arrêt de la gestion forestière dans les réserves intégrales sur la biodiversité de sept groupes taxonomiques. Ceci est effectué en comparant sur plusieurs massifs forestiers français la biodiversité en parcelle aujourd’hui inexploitée avec la biodiversité en parcelle exploitée dans le même massif et dans des conditions stationnelles semblables. Nous étudions en parallèle la relation entre biodiversité et des indicateurs potentiels de biodiversité (bois mort, composition en essences…). Les premières analyses ont concerné la richesse spécifique des 7 taxons étudiés à l’échelle de la placette, avec des méthodes statistiques bayésiennes originales : prise en compte du caractère sur- ou sous-dispersé des données de richesse, prise en compte de l’autocorrélation spatiale entre les placettes, test de différentes formes de relations (linéaire, sigmoïde, quadratique ou effet seuil) entre biodiversité et variable explicative, interprétation des résultats en termes non seulement de significativité statistique mais aussi de magnitude de la relation (Gosselin et al., 2014).

L’objet de ce stage est d’analyser les données relatives aux champignons lignicoles et/ou aux bryophytes à l’échelle du support (arbres vivants, pièces de bois mort, sol…). Les données sont disponibles sur 225 placettes couvrant 16 massifs pour les champignons, et sur 193 placettes couvrant 14 massifs pour les bryophytes. Une première synthèse bibliographique a été effectuée dans le cadre d’un stage de Master 1 en 2013 aboutissant à la définition d’hypothèses de travail (Delabye, 2013). Une première analyse des données à l’échelle du support a été réalisée en 2014 dans le cadre d’un stage de Master 2 (Ha, 2014). Ce travail avait été mené sur une partie des données seulement et avait rencontré notamment des difficultés numériques avec l’utilisation du logiciel Winbugs. Depuis lors, nous utilisons le logiciel Nimble qui est plus rapide et fiable. Dans ce stage, il s’agira d’analyser les données complètes de richesse spécifique, mais aussi d’abondance de groupes et d’espèces, par supports, en adaptant les scripts existants au logiciel Nimble et de rédiger le rapport de stage. Il s’agira de relier ces variables de biodiversité aux caractéristiques du support (nature, dimensions, stade de décomposition, essence) et aux caractéristiques de la placette (exploitée/non exploitée, surface terrière du peuplement, variables climatiques, etc.).
Ce stage sera l’occasion de bénéficier d’une formation en interne aux statistiques paramétriques bayésiennes et au logiciel Nimble.

### Profil souhaité du (de la) candidat(e) :
– stage de Master 2 (éventuellement ingénieur) de durée entre 5 et 7 mois
– intérêt pour la thématique
– bonnes connaissances en écologie et statistiques (notamment statistiques paramétriques)
– formé aux méthodes scientifiques (bibliographie, hypothèses…)
– bonnes capacités rédactionnelles
– anglais nécessaire

### Conditions matérielles
Le montant de la gratification est de l’ordre de 520 euros mensuels (il dépend des dates exacets du stage).
L’accueil dans des chambres étudiantes est possible sur le domaine des Barres (suivant disponibilité), pour un montant d’environ 100 euros mensuels.

### Candidature
Pour postuler, veuillez envoyer un CV et une lettre de motivation à Frédéric Gosselin.

Références bibliographiques citées

Delabye, S., 2013. Réponse de la biodiversité des champignons lignicoles, des lichens et des bryophytes à l’arrêt de l’exploitation et à d’autres variables associées à la gestion forestière : état d’avancement de la méta-analyse, Université de Rouen, Rouen.
Gosselin, F., Gosselin, M., 2008. Pour une amélioration des indicateurs et suivis de biodiversité forestière. Ingénieries-EAT, 55-56, 113-120.
Gosselin, M., Paillet, Y., 2017. Mieux intégrer la biodiversité dans la gestion forestière (2e ed.). Quae, Versailles, 160 p.
Gosselin, F., Paillet, Y., Gosselin, M., Durrieu, S., Larrieu, L. et al., 2014. Gestion forestière, Naturalité et Biodiversité. Rapport final. 10-MBGD-BGF-1-CVS-09, GIP-Ecofor, Paris. http://docs.gip-ecofor.org/public/bgf/BGF_GNB_SyntheseFinale.pdf

Ha, M., 2014. Effect of woody substrate characteristics on epiphytic bryophyte species presence and richness, Master EBE, Ecole Normale Supérieure, Paris.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].