Responsables de stage : Antoine Rombaut (doctorant), Simon Fellous (CR1)

Mail (à envoyer aux 2 adresses) : [email protected] ; [email protected];

Laboratoire / Unité d’accueil : Centre de Biologie pour la Gestion des Populations (CBGP INRA Montpellier)

Directeur de l’unité : Flavie Vanlerberghe

Durée du stage : de 2 à 6 mois selon disponibilités

Période du stage : automne 2017 à hiver 2018, le plus tôt possible

Contexte général du sujet :
Drosophila suzukii est une mouche d’origine asiatique ayant envahie l’Europe et l’Amérique depuis 2008 [1]. En plus de son statut d’espèce invasive, cette dernière est à l’origine de dégâts considérables sur les cultures de fruits charnus (fraises, cerises, framboises, raisins). En effet, outre les tâches caractéristiques sur les ailes des mâles, les femelles sont dotées d’un ovipositeur dentelé, permettant de percer la membrane de fruits intacts afin d’y pondre leurs oeufs.

D. suzukii peut déclencher une maladie de la vigne, la pourriture acide, causée par des microorganismes qui font partie de leur cortège symbiotique (microbiote) et de celui d’autres espèces de drosophiles historiquement associées à cette maladie, notamment D. melanogaster [2]. Le microbiote d’autres espèces de Drosophiles est connu pour influer sur la croissance larvaire [3], la reconnaissance de partenaires sexuels [4] et les choix alimentaires [2] en revanche peu d’études sont disponibles pour D. suzukii.

Problématique :
De premières expériences ont montrés un rôle important des microbes dans le comportement de D. suzukii, avec des différences tout de même entre les souches de laboratoires et les individus capturés dans la nature.
L’objectif de ce stage sera de déterminer par manipulation du microbiote de D. suzukii de laboratoire et sauvages :
• Les pressions de sélection que va subir D. suzukii en présence de certaines souches microbiennes
• Les mécanismes de reconnaissance de microbes bénéfiques/néfastes présents dans son environnement.

Déroulement du stage :
Le début de ce stage consistera à constituer le stock expérimental de D. suzukii sauvages (piégeage) et de laboratoire, en créant des lignées axéniques (débarrassées de leurs microbes) et gnobiotiques (inoculées avec des microbes connus). Plusieurs traits seront suivis durant le développement des
individus (survie, temps de développement …), de même que nous étudierons l’influence de ces microbes sur les comportements des mouches.

Profil souhaité :
• Intérêt pour le travail expérimental
• Notions d’écologie
• Travail en équipe, investissement dans le projet collectif

Méthodes, techniques, outils à utiliser :
• Élevage et manipulation d’insectes
• Microbiologie
• Statistiques (si intérêt par l’étudiant)

Rémunération :
La rémunération dépendra de la durée du stage, avec pour plus de 2 mois la gratification réglementaire.

Bibliographie
1. Asplen, M. K. et al. 2015 Invasion biology of spotted wing Drosophila (Drosophila suzukii): a global perspective and future priorities. J. Pest Sci. (2004). 88, 469–494. (doi:10.1007/s10340-015-0681-z)
2. Rombaut, A. et al. 2017 Invasive Drosophila suzukii facilitates Drosophila melanogaster infestation and sour rot outbreaks in the vineyards. R. Soc. open sci. (doi:10.1098/rsos.170117)
3. Storelli, G., Defaye, A., Erkosar, B., Hols, P., Royet, J. & Leulier, F. 2011 Lactobacillus plantarum promotes drosophila systemic growth by modulating hormonal signals through TOR-dependent nutrient sensing. Cell Metab. 14, 403–414. (doi:10.1016/j.cmet.2011.07.012)
4. Lizé, A., McKay, R. & Lewis, Z. 2013 Gut microbiota and kin recognition. Trends Ecol. Evol. 28, 325–6. (doi:10.1016/j.tree.2012.10.013)

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].