Mots-clefs : Ecotoxicologie évolutive, interactions hôte-pathogène, immuno-toxicologie, mécanismes adaptatifs, écosystèmes aquatiques, surveillance sanitaire.

Unités d’accueil :
• EDB (Evolution et Diversité Biologique, UMR CNRS 5174, Université Paul Sabatier Toulouse 3, Toulouse)
• EcoLab (Laboratoire d’écologie fonctionnelle et environnement, UMR CNRS 5245, INP Toulouse)

Descriptif

Connaître et anticiper l’impact des facteurs de stress chimiques et parasitaires sur les poissons d’eau douce représente un enjeu majeur pour la préservation du fonctionnement des milieux aquatiques. Des études récentes ont montré par exemple des effets toxiques importants des polluants émergents sur les organismes aquatiques et leurs parasites via une altération des traits physiologiques et immunitaires. Cependant, il existe une grande variabilité de réponse physiologique à ces stress toxiques dans les populations naturelles, dont les causes évolutives et les conséquences épidémiologiques sont encore mal connues.

Par une approche pluridisciplinaire à l’interface entre l’écophysiologie, la biologie évolutive et l’écotoxicologie, ce projet de thèse a pour objectif de déterminer et d’anticiper les causes évolutives et les conséquences physiologiques (état immunitaire) et sanitaires (charge parasitaire) des perturbations environnementales anthropiques sur deux espèces de poissons sentinelles, le goujon et le chevesne.

Dans un premier temps, l’état de santé de ces espèces sera mesuré via des biomarqueurs à plusieurs échelles spatiales par une approche comparative de terrain le long d’un gradient de perturbations à l’échelle du bassin versant de la Garonne. Dans un deuxième temps, une approche expérimentale in situ permettra de tester les variabilités de réponses physiologiques de certaines populations aux stress multiples via des transplantations en cage le long d’un gradient de pollution et des injections contrôlées d’antigènes mimant une attaque parasitaire. Ces approches permettront de tester le rôle de l’adaptation locale et de la plasticité physiologique dans la variabilité intra-spécifique de sensibilité aux stress multiples dans les populations sauvages.

La combinaison d’approches de terrain et expérimentales permettra (1) d’apporter des connaissances fondamentales sur les causes et conséquences de la variabilité de réponses physiologiques aux stress chimiques et parasitaires chez les organismes aquatiques soumis aux pressions anthropiques, (2) d’identifier des zones « à risque » prioritaires pour le développement d’un réseau de surveillance et de veille sanitaire des populations piscicoles et du milieu aquatique, et (3) d’améliorer nos connaissances sur les capacités d’adaptation de la faune piscicole aux stress actuels et futurs.

Ce projet s’articulera autour d’une approche transversale intégrant des champs d’investigation croisés (écophysiologie, écotoxicologie, écologie évolutive) grâce aux compétences complémentaires des deux structures d’accueil. En combinant les approches écotoxicologiques de l’UMR ECOLAB au sein du pôle INPT, et les approches évolutives de l’UMR EDB (équipe AquaEco) au sein du pôle UPS, le projet proposé aidera à lever les verrous scientifiques qui freinent actuellement la compréhension des effets des stress anthropiques sur la biodiversité. Ce projet s’intègre dans un programme financé par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne alliant plusieurs pôles scientifiques et des acteurs locaux sur le diagnostic environnemental des milieux aquatiques.

EDB et Ecolab sont des laboratoires dynamiques situés sur le campus de l’Université Paul Sabatier et de l’ENSAT à Toulouse, une ville jeune et active située près des Pyrénées et de l’Espagne. Un semestre d’échange à Montréal à l’Université McGill (Hendry & Reader labs) est possible.

Références

Hawley DM, Altizer SM. 2011 Disease ecology meets ecological immunology: understanding the links between organismal immunity and infection dynamics in natural populations. Funct Ecol. 25:48–60
Jansen M, Stoks R, Coors A, van Doorslaer W, de Meester L 2011 Collateral damage: rapid exposure-induced evolution of pesticide resistance leads to increased susceptibility to parasites. Evolution. 65: 2681-2691
Gandar, A, Jean, S, Canal, J, Marty-Gasset, N, Gilbert, F, Laffaille, P 2015. Multi-stress effects on goldfish metabolism and behavior. Environmental Science and Pollution Research in press
Gasparini J, Jacquin L, Laroucau K, Vorimore F, Aubry E, Castrec-Rouëlle, Frantz A 2014. Relationships between heavy metal exposure and epidemiological parameters of two parasites in urban pigeons. Bull of Env Cont & Tox, 92: 208-212
Marcogliese DJ, Pietrock M. 2011. Combined effects of parasites and contaminants on animal health: parasites do matter. Trends Parasitol. 27:123–30
Polard T, Jean S, Gauthier L, Laplanche C, Merlina G, Sánchez-Pérez JM, et al. 2011. Mutagenic impact on fish of runoff events in agricultural areas in south-west France. Aquat Toxicol. 101:126–34
Rolshausen G, Phillip DAT, Beckles DM, Akbari A, Ghoshal S, Hamilton PB, Hendry A. 2015. Do stressful conditions make adaptation difficult? Guppies in the oil-polluted environments of southern Trinidad. Evol Appl. 8: 854-870.
Shinn C, Blanchet S, Loot G, Lek S, Grenouillet G. 2015. Phenotypic variation as an indicator of pesticide stress in gudgeon: Accounting for confounding factors in the wild. Sci Total Environ. 538:733–42

Profil recherché

– Master 2 Recherche ou équivalent (École Ingénieur) en Ecologie/Ecotoxicologie avec un fort intérêt pour les approches évolutives et expérimentales
– Un bon dossier (bonnes notes et bon classement de M2)
– Compétences dans un ou plusieurs des domaines suivants : écologie, évolution, physiologie, écotoxicologie
– De solides bases en statistiques (sous R )
– Intérêt pour le travail multidisciplinaire et en équipe
– Excellentes capacités de rédaction et de communication
– Rigueur et organisation, acquisition et gestion de données, bonnes aptitudes relationnelles
– Esprit d’initiative, créativité et curiosité, motivation pour la recherche
– Fort attrait pour le travail de terrain et expérimental
– Autres : Permis de conduire si possible

Candidature :

Les candidatures devront être envoyées au plus vite (sélection du candidat au fil de l’eau) sous la forme d’un seul document pdf par email à [email protected], [email protected] et [email protected] Le document comprendra: un CV détaillé, une lettre de motivation bien argumentée, une copie des notes et du classement aux examens de M1 et de M2, une lettre de recommandation, ainsi que les coordonnées de deux personnes référentes.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].