Le descriptif complet se trouve ici : https://www.adum.fr/as/ed/voirproposition.pl?langue=&matricule_prop=36446&site=ed227, avec une deadline de candidature pour le 26 mai 2021.

Résumé :

Début 2021 commence un projet de recherche financé par l’ANR sur l’évaluation globale de l’inhibition biologique de la nitrification par les Poacées (Graminées) des écosystèmes de savane. Ce projet de 4 ans (appelé Gain-Grass) réunit comme partenaires principaux 4 laboratoires français, l’Université de Nangui Abrogoua en Côte d’Ivoire et le Centre international de recherche japonais en sciences agricoles (JIRCAS). Il est porté par le demandeur de ce sujet de thèse, Jean-Christophe Lata (qui n’a jamais encore bénéficié d’un financement de thèse à l’ED227). Ce projet est de 4 ans et a un budget de 687 k€ mais pas de ligne budgétaire de thèse.

La capacité des Poacées pérennes à inhiber la nitrification des sols par exsudation racinaire, un processus appelé Inhibition Biologique de la Nitrification (BNI), a été découverte pour la première fois dans les années 90 dans les savanes de Côte d’Ivoire par le porteur du projet. En limitant la production et donc les éventuelles pertes de nitrate par lixiviation et dénitrification, la BNI conduit à des écosystèmes plus conservateurs en azote (N) et avec moins d’émissions de N2O (puissant gaz à effet de serre). L’utilisation de ce procédé pour l’agriculture est très prometteuse car la BNI semble être présente chez différentes Poacées de pâturage et dans certaines variétés de différentes céréales (blé, sorgho…), et elle pourrait (ainsi) augmenter l’efficacité des engrais et réduire leur impact environnemental négatif. Cependant, à l’heure actuelle, on ne connaît pas l’occurrence de cette capacité à travers le monde parmi les Poacées tropicales ni les facteurs environnementaux qui déclenchent l’apparition, l’évolution et la réalisation de cette capacité.

L’objectif du projet ANR est précisément de s’attaquer à ces problèmes suivant plusieurs axes : (1) Quelle est l’occurrence de la capacité BNI parmi les Poacées de savane tropicales à travers le monde? Cette capacité est-elle corrélée à des contraintes environnementales particulières? (2) Quels sont les mécanismes sous-jacents de la BNI, i.e. ses impacts sur les communautés microbiennes du sol, en particulier les groupes de nitrifiants, et les rétroactions BNI sur les plantes? (3) Les Poacées BNI peuvent-elles être utilisées comme culture de couverture pour accroître la durabilité de l’agriculture? (4) Quel est l’impact de la BNI sur le budget N des (agro) écosystèmes tropicaux? Le projet est basé sur des collaborations déjà initiées par le biais de plusieurs consortiums internationaux (en particulier l’International BNI Consortium basé au Japon). La thèse s’insère dans l’axe 2 de ce projet, et étudiera en milieu contrôlé (serre, mésocosmes) ces interactions en profitant des collaborations internationales et nationales du projet.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement. Un email de contact est disponible: [email protected]

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].