La perméabilité est une mesure de la facilité avec laquelle un organisme peut traverser un paysage, le coût physiologique de cette traversée et l’augmentation éventuelle de la mortalité qui en découle. La mise en œuvre du Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE) de la région Rhône-Alpes nécessite une évaluation plus fine de la perméabilité des domaines skiables que celle actuellement disponible (qui classe tous les domaines skiables comme « moyennement perméables »). L’objectif de la thèse est de contribuer à la quantification de la perméabilité des domaines skiables en utilisant une approche combinant modélisation et génétique du paysage.
Les différentes tâches de la thèse seront de (1) Développer un cadre permettant d’intégrer différentes sources d’information sur la perméabilité telles que l’expertise, la génétique du paysage, les méthodes de capture-recapture, la déplacement des animaux; (2) Explorer les conséquences d’une diminution de la perméabilité à l’échelle des flux de gènes et des dynamiques de populations avec des modèles de simulation individu centré et spatialement explicites, ; (3) Quantifier la perméabilité à l’aide de la génétique du paysage pour une espèce-cible : la grenouille rousse (Rana temporaria) qui a déjà été établie comme un modèle biologique pour la région dans l’étude de questions d’écologie du paysage.
La thèse sera menée dans le contexte d’un projet appelé « quelle perméabilité pour les domaines skiables ? » financé par la Région Rhône-Alpes et le fond européen FEDER.
Nous recherchons un candidat avec un vif intérêt pour une approche combinant modélisation et travail de terrain en génétique du paysage pour répondre une question en écologie appliquée. Les pré-requis sont une compétence dans la manipulation d’outils de modélisation et la volonté de faire du terrain dans un contexte d’altitude (exigeant physiquement). Il sera également nécessaire de parler français couramment afin de pouvoir communiquer facilement avec les autres partenaires du projet (gestionnaires, naturalistes, opérateurs de domaines skiables…). Les candidats doivent avoir un niveau Master ou équivalent au moment de la signature du contrat.
Les doctorants signent un contrat avec Irstea pour une durée de 3 ans, avec un salaire mensuel d’environ 1500 € net. La date de démarrage souhaitée pour la thèse est décembre 2015.
Pour davantage d’information, contactez Stéphanie Gaucherand ([email protected]) ou Björn Reineking ([email protected]), Unité Ecosystème Montagnard, Irstea, Grenoble.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].