Nous recherchons un candidat pour une thèse sur les effets des changements globaux sur les coûts de la dispersion chez le Chevreuil (voir détails ci-dessous). Le financement de cette thèse est acquis (programme ANR DISPCOST).

Le doctorant sera basé au laboratoire Comportement et Ecologie de la Faune Sauvage (INRA) à Toulouse. Il sera co-encadré par Mark Hewison (DR INRA, CEFS) et Aurélie Coulon (MdC Muséum national d’Histoire naturelle, laboratoire Conservation des Espèces, Restauration et Suivi des Populations, Paris ; et Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive, Montpellier).

Contexte et objectifs de la thèse :

La dispersion est l’ensemble des déplacements qui ont des conséquences potentielles sur les flux de gènes à travers l’espace (Ronce 2007), et regroupe donc les mouvements entre site de naissance et premier site de reproduction, et entre sites de reproduction successifs (Clobert 2001). C’est un processus biologique fondamental affectant la valeur adaptive des individus, les flux de gènes et la dynamique spatiale des populations (Clobert 2001, Bowler & Benton 2005). Le paysage coûts-bénéfices de la dispersion gouverne l’évolution des décisions relatives à la dispersion prises par les individus. On distingue différents types de coûts de dispersion (coûts en termes d’énergie, temps, risques et d’opportunités), qui peuvent intervenir à différents stades de la vie d’un individu (pendant la morphogénèse, et durant les trois phases de la dispersion) (Bonte et al. 2012). Les changements globaux modifient ce paysage coûts-bénéfices : par exemple, la fragmentation des habitats augmente probablement les coûts de la dispersion, en augmentant la distance entre zones d’habitat favorables et la « résistance » du paysage entre elles (augmentation des risques de prédation ou de mortalité par rencontre d’infrastructures de transport accidentogènes, diminution des ressources disponibles, …) ; par exemple encore, le changement climatique, en altérant la phénologie des espèces, peut provoquer un décalage entre l’occurrence de l’événement de dispersion et la disponibilité des ressources. Les connaissances empiriques des impacts des changements globaux sur les coûts de la dispersion sont toutefois encore très minces.

Cette thèse s’intéressera donc à cette question, en s’appuyant sur deux suivis à long terme de populations de chevreuils (Capreolus capreolus).

Les objectifs de la thèse seront de :
i) mesurer les effets des modifications anthropiques du paysage sur les coûts de la dispersion ;
ii) mesurer les effets des changements climatiques sur les coûts de la dispersion ;
iii) modéliser les conséquences de i) et ii) sur l’évolution de la dispersion et le fonctionnement des populations.

Les deux populations étudiées seront celles d’Aurignac (Haute-Garonne) et de Chizé (Deux-Sèvres). Les différents types de coûts de la dispersion (coûts en termes d’énergie, temps, risques et d’opportunités) pourront être estimés grâce à des suivis par balises GPS (Aurignac) et GPS/VHF/capture-marquage-recapture (Chizé), pendant plus de 15 ans (Aurignac) et 35 ans (Chizé).

Le travail du doctorant consistera donc principalement dans l’analyse des données déjà disponibles. Mais il participera également aux différentes opérations de terrain menées par l’équipe d’accueil, de façon à acquérir une connaissance solide du modèle biologique et des sites d’étude, et à poursuivre l’acquisition des données qui seront utilisées dans cette thèse.

La partie empirique (objectifs i et ii) sera réalisée en collaboration avec Jean-Michel Gaillard (LBBE, Lyon) et David Grémillet (CEFE, Montpellier). La partie théorique (objectif iii) sera abordée à travers des modèles individus-centrés, développés en étroite collaboration avec Justin Travis, de l’Université d’Aberdeen.

Nous recherchons donc un étudiant motivé par la recherche fondamentale, ayant un fort intérêt pour l’écologie évolutive, l’analyse de données, le travail de terrain ; un intérêt pour la modélisation ; une bonne connaissance de R, un bon niveau en anglais ; et potentiellement des notions sur ArcGIS ou QGIS.

Les étudiants voulant candidater doivent envoyer leur CV et lettre de motivation dans un document pdf unique, par email avant le 14 mai 2016, à Mark Hewison (mark.hewison [a.t.] toulouse.inra.fr) et Aurélie Coulon (acoulon [a.t.] mnhn.fr).

Références
Bonte, D., H. Van Dyck, J. M. Bullock, A. Coulon, M. Delgado, M. Gibbs, V. Lehouck, E. Matthysen, K. Mustin, M. Saastamoinen, N. Schtickzelle, V. M. Stevens, S. Vandewoestijne, M. Baguette, K. Barton, T. G. Benton, A. Chaput-Bardy, J. Clobert, C. Dytham, T. Hovestadt, C. M. Meier, S. C. F. Palmer, C. Turlure, and J. M. J. Travis. 2012. Costs of dispersal. Biological Reviews 87:290-312.
Bowler, D. E. & Benton, T. G. (2005) Causes and consequences of animal dispersal strategies: relating individual behaviour to spatial dynamics. Biological Review, 80, 205-225.
Clobert, J., Danchin, E., Dhondt, A. A. & Nichols, J. D. (2001) Dispersal. pp. 452. Oxford University Press, New York.
Ronce, O. (2007) How does it feel to be like a rolling stone? Ten questions about dispersal evolution. Annual Review of Ecology, Evolution and Systematics, 38, 231-253.

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].