Le Conservatoire botanique national du Massif central recherche un(e) chargé(e) d’étude « Forêts anciennes » en CDD de 8 mois.

Préambule :
Le Conservatoire botanique national du Massif central est un établissement public, agréé par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie Il est géré par un Syndicat mixte composé de la Région Auvergne, de la Région Rhône-Alpes, du Département de la Haute-Loire, du Parc naturel régional Livradois-Forez, du Syndicat mixte d’aménagement territorial du Haut-Allier et de la Communauté de communes du pays de Paulhaguet.

Conformément aux missions définies dans le décret du 8 juillet 2004 relatif aux Conservatoires botaniques nationaux, ses principales activités sont :
– la connaissance de l’état et de l’évolution de la flore sauvage et des habitats naturels et semi-naturels ;
– l’identification et la conservation des éléments rares et menacés de la flore sauvage et des habitats naturels et semi-naturels ;
– l’appui technique et scientifique à l’État, à ses établissements publics, aux collectivités territoriales et à leurs groupements, en matière de flore sauvage et d’habitats naturels.

Son territoire d’agrément couvre 10 départements du Massif central répartis sur 3 régions administratives (Auvergne, Limousin et en partie Rhône-Alpes) et le Conservatoire assure également une mission de coordination géographique sur l’ensemble du Massif central.

Contexte :
Si les forêts ne représentent qu’un tiers de la surface du Massif central, les milieux forestiers y constituent 60% des réservoirs de biodiversité potentielle. Parmi ces forêts, seule une petite partie avait survécu aux déboisements successifs, puisque la forêt couvrait à peine 10 % du territoire au XIXème siècle. Or, ces forêts dites anciennes hébergent une biodiversité particulière, typiquement forestière, constituée d’espèces à faible capacité de recolonisation. C’est d’autant plus le cas dans les forêts non exploitées depuis des décennies, ou dans lesquelles une gestion peu intensive a su préserver la présence de bois mort, de vieux arbres et d’arbres porteurs de microhabitats.

En dehors d’initiatives ponctuelles, notamment au sein de certains Parcs (naturels régionaux ou national), aucun outil ne permet aujourd’hui d’identifier les forêts anciennes du Massif central, d’en évaluer la biodiversité, l’état de conservation, la fonctionnalité encore moins de les localiser. En outre, ces études ont été menées généralement avec des méthodologies différentes, et leurs résultats ne sont ni compilés et synthétisés, les rendant de fait peu visibles et peu exploitables. Aucun cadre ne permet actuellement aux différents acteurs travaillant sur les Forêts anciennes du Massif central d’échanger sur la thématique et mutualiser résultats et expérience.

Les cartes anciennes, de Cassini (XVIIIème siècle) ou d’État-major (XIXème siècle), couvrent la France et sont une bonne première entrée pour pré-identifier les forêts anciennes, mais elles sont insuffisantes : les cartes de Cassini ont été numérisées mais sont imprécises. Quant aux cartes d’État-major, plus précises et réalisées au moment du minimum forestier, elles peuvent aussi comporter des erreurs. Enfin et surtout, la seule présence actuelle d’une forêt à l’emplacement d’une forêt cartographiée dans le cassé ne permet pas d’écarter la possibilité qu’elle ait été temporairement défrichée entre le XIXème siècle XXème siècle. C’est pourquoi, afin de disposer d’outils adaptés, le CBN Massif central engage une étude pour contribuer à identifier les forêts anciennes du Massif central, ave les soutiens du Fonds européen pour le développement régional (FEDER – Programme opérationnel interrégional Massif central 2014-2020), des Régions Limousin, Rhône-Alpes et Auvergne, et du Département de l’Allier, et la contribution technique de nombreux acteurs de l’environnement.

Les principaux objectifs recherchés sont les suivants :

– produire de manière multipartenariale ou centraliser des outils et indicateurs pour identifier les forêts anciennes et en caractériser l’état de conservation, la fonctionnalité et les enjeux écologiques. Ces outils se baseront sur les espèces indicatrices, les archives, des traces de pratiques anciennes, la structure des peuplements ou d’autres éléments écologiques. Ils constitueront une boite à outils ;
– faire un état des lieux des enjeux relatifs aux forêts anciennes dans le Massif central ;
– contribuer à la carte des forêts anciennes et présumées anciennes dans le Massif central en étudiant certains secteurs non pris en compte par d’autres programmes mais potentiellement à forte valeur patrimoniale (en particulier dans le département de l’Allier) ;
– rassembler sur une page internet dédiée sur le site internet du CBNMC les informations et données sur les programmes passés ou en cours sur les forêts anciennes du Massif central afin d’en faire la synthèse et de mettre à disposition de tous les données recueillies ;
– contribuer à la mise en place d’un observatoire des forêts anciennes du Massif central.

Missions :
Dans le cadre du programme « forêts anciennes du Massif central », le (la) chargé(e) de mission sera plus précisément en charge des missions suivantes :

– Participation à la compilation, à l’adaptation ou à la réalisation des outils et indicateurs d’ancienneté et d’état de conservation : analyse des archives forestières, flore vasculaire indicatrice, structure dendrologique des peuplements et microhabitats.
– Enquête auprès des partenaires ayant réalisé des études sur les forêts anciennes dans le Massif central, afin d’analyser et compiler les résultats, de contribuer à l’état de l’art et à la production de la boite à outils « indicateurs ».
– Participation à l’inventaire de forêts anciennes et au test des outils d’identification et de caractérisation, incluant des mesures dendrométriques, l’inventaire des micro habitats et des relevés de la flore vasculaire (Trachéophytes) et éventuellement des bryophytes et de la lichénofonge en fonction des compétences.
– Participation à la coordination générale de l’étude auprès des partenaires et prestataires, en lien avec le responsable du projet « Forêts anciennes du Massif central ».
– Participation aux groupes de travail et réunions sur les forêts anciennes du Massif central », incluant le montage des futures actions sur le sujet.
– Rédaction de rapport de synthèse, basés sur une analyse des enjeux et les contributions des partenaires à l’état de l’art et à la « boite à outils ».

Sous l’autorité de la responsable de l’antenne Auvergne du Conservatoire botanique du Massif central et en lien avec le responsable de projet « Forêts anciennes », le (la) chargé(e) de mission veillera au bon déroulement des missions qui lui auront été confiées (préparation, organisation et planification des opérations, rédaction et présentation des rapports d’études, respect des échéances et des budgets…). Le programme implique de nombreux échanges avec les acteurs du monde forestier, les collectivités (incluant les parcs naturels régionaux du Massif central et le Parc national des Cévennes), les gestionnaires, naturalistes et scientifiques.

Profil recherché :
Formation Bac + 4 ou plus (Master, diplôme d’ingénieur, DESS) ou solide expérience acquise dans des emplois similaires ;

Expérience réelle (3 ans minimum) dans le domaine de la biodiversité des écosystèmes forestiers, notamment dans sa composante végétale (structure des peuplements, flore…), avec de bonnes connaissances en écologie, botanique et histoire forestière. La connaissance d’autres groupes taxonomiques serait un plus ;

Expérience du travail de terrain (relevés dendrologiques et floristiques, réalisation d’IBP ou autre évaluation indirecte de la biodiversité, suivis, expertises) ;

Bonne connaissance des acteurs publics et privés de la forêt et de la conservation de la nature ;

Expérience de l’animation de réseau et des démarches participatives appréciée ;

Esprit de synthèse, capacités rédactionnelles, sens du contact ;

Forte capacité de travail aussi bien en équipe que de façon autonome ;

Bonne maîtrise des logiciels de bureautique (Word, Power Point, Excel…) et connaissance des SIG. Des connaissances en statistiques seraient un plus.

Poste :
Poste à temps plein à pourvoir en Mars 2016.
Base de traitement : Indice brut 513 – Indice majoré 441 (soit un salaire brut mensuel de 2 041 €).
Contrat de droit public, à durée déterminée de 8 mois.

Poste basé au siège du Conservatoire botanique national du Massif central située à Chavaniac-Lafayette (Haute-Loire), comportant des déplacements sur l’ensemble du territoire d’agrément et de coordination du CBN Massif central (essentiellement régions Auvergne, Limousin, et départements de la Loire, du Rhône, de l’Ardèche et de la Lozère).

Modalités de candidature :
Le dossier de candidature, comprenant une lettre de motivation manuscrite et un curriculum vitae détaillé, fera apparaître la compétence et l’expérience du candidat dans les domaines d’activités visés.

Les dossiers de candidature seront adressés obligatoirement par voie postale avant le 05 février 2015.

Les candidats présélectionnés sur dossiers seront conviés à présenter leur candidature devant un jury de recrutement.

Renseignements :
Benoît RENAUX
Responsable du projet « Forêts anciennes du Massif central »
Juliette TILLIARD-BLONDEL
Responsable de l’Antenne Auvergne du Conservatoire botanique national du Massif central

Conservatoire botanique national du Massif central
43230 CHAVANIAC-LAFAYETTE
Tel. : 04.71.77.55.65.
Fax : 04.71.77.55.74.
Courriel : [email protected]

http://www.cbnmc.fr/index.php/fr/home-fr-fr/la-vie-du-cbnmc/nous-rejoindre

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].