Sujet : Les écosystèmes méditerranéens résultent d’une profonde action de l’Homme qui a façonné les paysages, notamment par une pratique extensive du pâturage. Depuis plusieurs décennies on observe un déclin important du pastoralisme, en particulier dans l’Ouest de l’Europe. Ceci entraîne une perte de biodiversité et spécifiquement d’espèces associées aux milieux ouverts, notamment des insectes (Sirami et al., 2010). La fragmentation et l’isolation des habitats limitent les échanges entre les populations qui s’isolent et dont le risque d’extinction augmente (Collinge, 2000). Ainsi, la connectivité des habitats potentiels est souvent perçue comme un enjeu majeur pour la conservation des insectes, alors même que l’on dispose de très peu d’informations sur les capacités de déplacements de ces organismes.

Les travaux de thèse de William Perrin visent à mieux comprendre les interactions entre pratiques pastorales et peuplements de bousiers (Coléoptères, Scarabaeoidea), et ce dans un objectif de gestion conservatoire des espaces naturels. La thèse couvre plusieurs aspects, l’étude des dynamiques spatiales en fait partie.

La mission de l’étudiant.e accueilli.e consistera à étudier le comportement de prospection alimentaire d’une espèce typique des zones peu pâturées : Scarabaeus laticollis. Cette espèce télécopride de grande taille (2 cm en moyenne) est endémique du pourtour méditerranéen. S. laticollis est assez fréquent en steppe de Crau, et en particulier sur une vaste zone d’environ 7 km² appelée « Calissanne » où le pâturage est très irrégulier voire absent certaines années. Le stage se divisera en plusieurs volets :

1. Une phase préalable de laboratoire pendant laquelle l’étudiant.e devra adapter le matériel de suivi radio-télémétrique au modèle biologique étudié (on dispose d’insectes vivants au laboratoire).
2. La capture des individus, la pose des émetteurs et, à partir d’avril, le suivi radio-télémétrique au sein de la steppe de Crau. Pour cela, nous disposerons d’au moins deux récepteurs et antennes VHF qui permettront à l’étudiant.e et au doctorant de travailler ensemble pour suivre plusieurs insectes en parallèle.
3. L’analyse des déplacements réalisés (SIG et géostatistiques) et la mesure de paramètres biologiques sur chacun des individus suivis (sexage, poids, taille, charge alaire, tissus). Ces analyses permettront de mieux comprendre les différences de comportement entre les individus. L’initiation à la manipulation des outils sera effectuée par le doctorant, l’analyse à proprement dite sera menée en collaboration avec des chercheurs du CEFE compétents dans l’analyse des données de déplacement.

Collinge (2000) Ecology, 81(8), 2211-2226 ; Sirami et al. (2010) Landscape and Urban Planning, 96(4), 214-223.

Niveau : Master 1
Compétences recherchées : le candidat devra être capable de concilier travail de laboratoire, de terrain et analyse. Permis B exigé.
Encadrement scientifique : Pierre Jay-Robert et William Perrin (Université Paul-Valéry Montpellier 3 / UMR CEFE)
Dates : Du 15 janvier au 15 juillet 2017 (27 semaines maximum) / Gratifications + frais de mission ; financement : Labex CEMEB AAP Equipe de Recherche Junior.
Contact : [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].