Mots clés:

Thermal physiology; metabolism; inter-individual variability; shredder; litter decomposition

Résumé et objectifs du stage:

Le métabolisme des invertébrés détritivores, organismes ectothermes, est influencé par la température. Ainsi, pour soutenir des taux métaboliques élevés lors d’une augmentation de la température, les détritivores consomment davantage de ressources (litières), ce qui induit des effets à l’échelle de l’écosystème. Or, on sait qu’en parallèle d’une augmentation des températures, les changements climatiques affectent aussi la variabilité temporelle des températures, avec comme prédiction une hausse des fluctuations thermiques. En addition, les changements globaux modifient la biodiversité à l’échelle spécifique, conduisant à des ajouts ou pertes d’espèces.
Ces changements combinés à l’échelle de l’écosystème sont susceptibles d’affecter les flux de matière dans les cours d’eau forestiers, en modifiant la décomposition des détritus d’origine allochtone. Néanmoins, la variabilité inter-individuelle pourrait moduler les effets de ces changements environnementaux (biodiversité et température). Précisément, les différences individuelles de performances métaboliques en rapport à la température pourraient stabiliser la fonction de décomposition des litières, à travers des effets de complémentarités entre individus.
Pour tester cette hypothèse, l’objectif du stage sera de comparer les effets de complémentarité métaboliques pouvant émerger à l’échelle individuelle, en rapport à ceux existant entre espèces. Ces comparaisons se feront selon plusieurs scenarii, en couplant mesures en laboratoire et simulations numériques.

Environnement de travail :

Le(la) candidat(e) retenu(e) travaillera en équipe, dans un environnement favorable au travail scientifique et à l’échange entre étudiants et chercheurs, à Toulouse, au laboratoire Ecolab (Université de Toulouse et CNRS). Ce stage de recherche (6 mois) débutera en janvier et finira en juin 2018, et sera gratifié au montant des indemnités de stages longs en vigueur. Ce stage sera co-encadré par des chercheurs et un doctorant, abordant l’écologie scientifique à travers des approches expérimentales et/ou numériques.

Profil:

Master 2 suivant un cursus d’écologie et/ou de biostatistiques. Des connaissances sur la biologie et l’écologie des arthropodes, des bases solides en écologie et en statistiques (et utilisation du logiciel R), de bonnes qualités rédactionnelles et des connaissances sur les milieux aquatiques seraient appréciées.

Candidatures:

Les candidatures se feront par mail aux co-encadrants du stage, avec CV et lettre de motivation, avant le début de l’année 2018:

Thibaut Rota (doctorant): [email protected]
Arnaud Sentis (post-doctorant): [email protected]
Antoine Lecerf (maître de conférences): [email protected]
Éric Chauvet (directeur de recherche): [email protected]

Le contenu de cette offre est la responsabilité de ses auteurs. Pour toute question relative à cette offre en particulier (date, lieu, mode de candidature, etc.), merci de les contacter directement.

Pout toute autre question, vous pouvez contacter [email protected].