La Société Française d’Ecologie et d’Evolution (SFE2) vous propose ce regard de Jean-Dominique et Philippe Lebreton, respectivement Directeur de Recherche émérite et Professeur honoraire en écologie, sur la frontière entre écologie scientifique et écologie politique.

MERCI DE PARTICIPER à ces regards et débats sur la biodiversité en postant vos commentaires et questions sur les forums de discussion qui suivent les articles; les auteurs vous répondront.

———-

Ecologie et Ecologisme : une frontière poreuse ?

par Jean-Dominique(1) et Philippe Lebreton(2)

(1) Directeur de recherche émérite au CNRS, CEFE UMR 5175, Montpellier http://www.academie-sciences.fr/fr/Liste-des-membres-de-l-Academie-des-sciences-/-L/jean-dominique-lebreton.html

(2) Professeur honoraire, Université Claude Bernard Lyon I, Villeurbanne https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Lebreton

Article édité par Anne Teyssèdre pour la SFE2

——-
Mots clés : Ecologie scientifique, écologie politique, changements planétaires, crise environnementale, biodiversité
——–

 

Des arguments issus de l’écologie en tant que discipline scientifique, et plus largement des sciences de l’environnement, sont souvent repris dans un contexte politique ou militant. On parle alors souvent d’écologisme, le suffixe en « isme » portant pour beaucoup une connotation péjorative, liée à un caractère catastrophiste et radical de l’écologie politique. Cette tension entre écologie scientifique et écologie politique conduit d’ailleurs désormais souvent à distinguer écologue (le scientifique) et écologiste (le militant).

Naturalistes par tradition familiale, nous avons été l’un et l’autre acteurs à des titres et degrés divers, et différents pour l’un et l’autre, de l’écologie scientifique, de la protection de la nature et à partir de là de l’écologie politique depuis plus de 50 ans. Nous sommes donc naturellement amenés, à partir de notre expérience personnelle, à nous pencher sur les rapports entre écologie scientifique et écologie politique, et sur la frontière entre les deux champs, sans prétendre ni au recul ni à l’exhaustivité d’autres textes [1].

[1] par exemple : http://ahpne.espaces-naturels.fr/, https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cologisme

L’émergence de l’écologie politique en France

Les principaux textes fondateurs de l’écologie politique pour les naturalistes de notre génération ont été, pêle-mêle, « Quelle terre laisserons-nous à nos enfants » de Barry Commoner (1969 ; titre original « Science and survival » paru en 1962), « La bombe P » (« The population bomb ») de Paul R. Ehrlich (1968), « Printemps silencieux » (« Silent spring ») de Rachel Carson (1962), et, d’une grande résonance pour de jeunes chercheurs et naturalistes français, « Avant que Nature meure » de Jean Dorst (1965) et « L’Afrique noire est mal partie » de René Dumont (1962). Ce dernier devient le porte-flambeau de l’écologie politique en France en étant le premier candidat « écologiste » aux élections présidentielles françaises, en 1974.

Ed. Houghton Mifflin, USA, 1962.
(Source : Population Connection)

Ed. Delachaux et Niestlé, Paris, 1965.

Rachel Carson (1907-1964) est une spécialiste de biologie marine, Barry Commoner (1917-2012) est professeur de physiologie végétale, Paul R. Ehrlich (né en 1932) est professeur de biologie des populations à Stanford ; il y accueillera d’ailleurs en post-doc en 1983 notre regrettée collègue Isabelle Olivieri. Jean Dorst (1924-2001) dirige le laboratoire d’Ornithologie du Muséum National d’Histoire Naturelle, et René Dumont (1904-2001) est professeur d’Agronomie Comparée à l’Institut National Agronomique.

Ils sont donc tous quatre des scientifiques. Ceci est d’autant plus frappant que le monde académique se tenait alors très majoritairement à distance de tout militantisme, au point qu’il n’était possible d’aborder les thèmes de recherche qui relèvent de préoccupations environnementales que très marginalement et très prudemment. Par leurs ouvrages, ces scientifiques font donc véritablement figure de lanceurs d’alerte tout en étant porteurs d’une forte légitimité. Un autre message d’alerte viendra en 1972 d’une autre composante de « l’establishment », c’est le célèbre rapport au club de Rome, un groupe formé de hauts-fonctionnaires et d’acteurs économiques, rapport au titre lui aussi évocateur : « the limits to growth » (Meadows et al. 1972).

Le message d’ensemble porté par ces textes, malgré un caractère alarmiste et des prédictions parfois imprudentes, n’a en soi rien d’étonnant pour des écologues, familiers de la sigmoïde de la loi logistique (Figure 1), pour lesquels l’impossibilité à long terme de la croissance exponentielle dans un monde fini est donc un des paradigmes de base. Ce message est pourtant très loin d’être unanimement accepté à l’époque dans le monde scientifique : il n’y a pas plus péjoratif que l’accusation de « malthusianisme », par lequel certains proches collègues balayaient alors d’un revers de main les discussions sur la finitude des ressources (Labeyrie, 1972).

Figure 1 : Croissance exponentielle d’une population en environnement illimité (Malthus), et croissance logistique induite par une raréfaction progressive des ressources (Verhulst) [2]

[2] http://villemin.gerard.free.fr/Wwwgvmm/Chaos/CroiLogi.htm

Du mot-clé « Biodiversité » aux changements planétaires

Sautons les étapes : tout change rapidement ! L’introduction du terme « biodiversité » par Lovejoy en 1980 et sa rapide dissémination (Wilson, 1988) rendent définitivement légitimes et acceptables les recherches sur les impacts anthropiques sur la biosphère et sur sa conservation. L’ouvrage collectif édité par Soulé « Viable populations for conservation » date de 1987. Les journaux « Conservation Biology » et « Biodiversity and Conservation » apparaissent respectivement en 1987 et 1992. « Conservation Biology » a désormais le douzième taux de citation des 158 grandes revues d’écologie scientifique. Parallèlement la biodiversité est prise en compte par les politiques, avec notamment la conférence de Rio (1992). Cette prise de conscience environnementale est néanmoins interprétée dans « l’appel de Heidelberg » [3] comme un refus du progrès scientifique, une critique bien analysée par F. di Castri [4]. On apprendra plus tard que cet appel a été préparé et orchestré par des groupes de pression, à l’insu de ses signataires scientifiques [5].

L’émergence des problématiques du changement climatique, à peine esquissée avant les années 1980 (Commoner, 1969 p 24-25, Broecker, 1975 ; Lebreton, 1974 p. 75-77, 1978 p.84, Haroun Tazieff en 1979 [6]), place définitivement à partir des années 1990 les sciences de l’environnement, dont l’écologie, au centre des préoccupations de société, malgré des mouvements bien connus de scepticisme animés par des scientifiques de renom (Allègre, 2010). Le caractère collectif et mondial de l’évaluation scientifique et de la production de recommandations du « Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat » (GIEC ; en anglais « Intergovernmental Panel for Climate Change », IPCC), créé en 1988, est particulièrement exemplaire. Un projet similaire a été adopté à l’échelle mondiale, pour ce qui est de la biodiversité, avec la création de l’IPBES (« Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services ») en 2012.

[3] http://www.global-chance.org/IMG/pdf/GC1p24.pdf

[4] http://www-lagis.univ-lille1.fr/~vieren/ecologie/charte_de_la_terre/heidelbergappel.htm

[5] https://abonnes.lemonde.fr/sciences/article/2012/06/16/l-appel-d-heidelberg-une-initiative-fumeuse_1719614_1650684.html?

[6] https://www.ina.fr/video/I07151948

Où en sommes nous ?

Quel est l’état actuel des questions-clés des textes fondateurs cités plus haut ?

La sombre fable du premier chapitre de Rachel Carson, « The birds, where had they gone ? » est devenue réalité : le déclin marqué des espèces d’oiseaux communes est ainsi avéré en France (Dupuis et al. 2014) et plus largement en Europe (Inger et al. 2016) (*). Des analyses rétrospectives, lorsqu’elles sont possibles, montrent qu’il est engagé depuis plusieurs décennies (Galewski & Devictor 2016).

(*) Pour des estimations antérieures à l’échelle mondiale, voir le forum de discussion de cet article (Note de l’éditrice).

Une comparaison de zones non démoustiquées et démoustiquées en Camargue apporte une preuve expérimentale soignée de l’action négative d’un insecticide réputé pourtant peu impactant, le Bti, sur le régime alimentaire et la fécondité d’Hirondelles de fenêtre Delichon urbica (Poulin et al. 2010). La course à des pesticides de plus en plus puissants et toxiques est entretenue par l’apparition régulière de formes de résistance chez les ravageurs, l’évolution de la chimie répondant aveuglément à leur évolution biologique. Les rendements agricoles n’augmentent plus : l’agriculture, comme la Reine Rouge d’Alice au Pays des merveilles, court de plus en plus vite pour rester à la même place.

Alice et la Reine Rouge, selon John Tenniel (1871)

Les sept milliards d‘humains prédits par Ehrlich pour 2000 ont été atteints fin 2011, et, si l’effondrement prédit par le modèle du Club de Rome ne s’est pas réalisé, la population mondiale continue à croitre au rythme de plus de 1% par an [8] après que le taux de croissance a culminé à plus de 2% dans les années 1960 (Léridon 2012). La situation est particulièrement difficile dans des pays les plus pauvres, et singulièrement en Afrique (Léridon 2015), où se conjuguent souvent à l’expansion démographique – à un rythme encore souvent supérieur à 3 % par an – des difficultés climatiques, économiques, sociales et politiques de toutes sortes (voir par exemple Darkoh, 2009), confirmant pleinement le terrible tableau dressé par René Dumont en 1962.

L’impact des humains sur la biosphère étant pour une large part proportionnel à la population [9], la croissance démographique reste bien une composante essentielle des problèmes environnementaux, notamment dans les pays les plus pauvres. Les projections les plus fiables, celles des Nations Unies, tendent à indiquer que l’infléchissement de la croissance devrait se poursuivre, permettant d’envisager une stabilisation à 10 milliards d’humains vers 2100, un effectif néanmoins supérieur de plus de 40 % aux 7 milliards de 2011. Bien sûr, infléchir la démographie est plus difficile et plus lent que d’infléchir par exemple la composition d’un mix énergétique, et la question démographique passe souvent au second plan dans les discussions sur les changements planétaires.

Quant à la biodiversité, au « Avant que Nature meure » de Dorst ont succédé les articles dans les grandes revues internationales discutant la 6e crise d’extinction (par ex. Barnosky et al. 2011). La mégafaune a payé un lourd tribut depuis plus de 10 000 ans aux activités humaines, et le phénomène s’accélère du fait de la fragilité démographique des espèces à démographie lente (Lebreton 2014) malgré des efforts conséquents et souvent réussis de protection d’espèces appelées emblématiques, mais qu’il faut surtout voir comme des sentinelles nous avertissant de la dégradation générale de la biodiversité. A l’autre bout du spectre, on peut craindre des effets de seuil dans le fonctionnement des écosystèmes en relation avec la biodiversité microbienne des sols (Evans et al.2017), effets de seuil encore mal connus pour les agrosystèmes (Brussaard et al. 2007).

Agriculture intensive et biodiversité… (Cliché A. Teyssèdre)

L’ampleur et la complexité des changements et l’inertie de nos sociétés laissent prévoir des impacts considérables des changements planétaires, bien analysés dans le très récent rapport du GIECC (http://www.ipcc.ch/report/sr15/ ), notamment dans la comparaison des impacts des changements climatiques sous les scénarios d’augmentation de 1,5 et 2°C. L’impact de l’érosion et de l’homogénéisation de la biodiversité sur les services écosystémiques est lui-aussi bien documenté (Diaz et al. 2006).

[8] https://fr.wikipedia.org/wiki/Population_mondiale

[9] https://www.sfecologie.org/regard/r71-avr-2017-a-teyssedre-ipat/

Un constat partagé

Pour similaires que soient les messages d’alerte des années 1960 et les messages actuels sur la crise environnementale, ils sont donc portés de manière bien différente. La communauté scientifique en écologie et en sciences de l’environnement est désormais largement dans le consensus autour de ces messages, là où des lanceurs d’alerte usaient de leur notoriété individuelle il y a une cinquantaine d’années.

Les écologues sont-ils donc tous devenus écologistes ? Non bien sûr, dès lors que le monde scientifique est divers, et qu’il n’y a guère de raison que tout chercheur relie directement ses travaux aux préoccupations de société. Oui dans un certain sens, en prenant le mot écologiste dans une acception élargie, sans l’attacher strictement aux mouvements écologistes des dernières décennies. Sous cet angle, ne faut-il pas admettre que les errements ou les excès militants de ces mouvements ne sont que le signe de leur immaturité, dans un monde où la crise environnementale va plus vite qu’eux, sans que cela remette en question le fond des diagnostics et des interrogations sociétales autour de la crise environnementale ? Oui en un autre sens encore quand la conscience d’un monde fini dépasse le cercle de la recherche en écologie, même si l’économie la plus classique résiste : comme l’a dit l’économiste Kenneth Boulding, « celui qui croit à une croissance exponentielle infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste ».

Heureusement des économistes non conventionnels (voir par ex. Jancovici & Grandjean, 2007) plaident de façon convaincante pour une économie basée sur les stocks plutôt que sur les flux, et qui prenne en compte les coûts cachés. Les savoirs de l’Ecologie scientifique sur le devenir de la biosphère, même s‘ils sont chaque jour affinés dans de nouvelles publications, sont donc désormais dans les mains du public et du monde politique, pour lesquels la crise environnementale est avérée, en dépit des réticences et de l’action de groupes de pressions déterminés et organisés. L’émergence de la pluridisciplinarité entre Sciences de l’Homme et de la Société et Ecologie, symbolisée en France par la Revue Nature, Sciences, Sociétés https://www.nss-journal.org/fr/ )  n’est d’ailleurs pas étrangère à ce mouvement.

En guise de conclusion…

Cette évolution profonde est-elle suffisante pour changer les trajectoires ? « D’ores et déjà il est certain que même nos difficultés présentes exigent des actions sociales et politiques à longue échéance » (Commoner 1969, p. 174). Ayant vécu l’un comme jeune adulte, l’autre comme pré-adolescent la fin de la guerre d’Algérie, nous voyons un parallèle curieux avec la décolonisation. Celle-ci n’a eu lieu que lorsque que lorsque nos excès vis-à-vis des colonisés les ont amenés à vigoureusement réagir : la décolonisation exigeait de tels changements politiques et sociaux qu’elle ne pouvait avoir lieu sans crise profonde.

On ne peut que penser qu’il en sera de même pour l’environnement, qu’il nous faut en un certain sens « décoloniser », c’est-à-dire respecter en tant que tel et cesser d’exploiter de façon abusive : la complexité et l’inertie de nos sociétés et de nos économies sont telles que le mouvement volontaire et délibéré d’atténuation ira moins vite que la crise.

Même si tous les efforts pour faciliter la transition et ouvrir des pistes en ce sens sont indispensables, nous pensons que ce n’est que lorsque que l’on butera sur l’obstacle de plus en plus violemment que les sociétés bougeront vraiment. Elles ne bougeront pas sans dommages, en particulier sociaux : « la crise n’est pas économique, elle est écologique, et les conséquences seront sociales » disait Jacques Weber. Le mouvement des Gilets jaunes et la perspective de grandes migrations climatiques rendent ce diagnostic plus pertinent que jamais.

Il n’est donc pas étonnant que beaucoup d’écologues, partant du constat que le message scientifique est clair et que l’essentiel est désormais ailleurs, rejoignent divers « think tanks » réfléchissant à la transition énergétique et environnementale (Fondation pour la Nature et l’Homme, Humanité et Biodiversité, Démographie responsable, Institut de la transition environnementale Sorbonne-Université, Institut Walden…). Ces groupes ne défendent ni intérêts particuliers ni intérêts économiques, et ne sont donc pas des « lobbies », contrairement à ce que l’on voit trop souvent écrit à dessein pour tenter de les affaiblir.

Ecologistes ou écologues responsables, c’est donc à notre sens tout un. Luttons de façon éclairée chacun à notre manière pour que la crise environnementale soit la moins profonde possible. Nous ne pouvons donc que conclure avec Gramsci : « Pessimisme de l’intelligence, optimisme de la volonté ».

Zygène et scabieuses, au bord d’un champ (Cliché A. Teyssèdre)

Bibliographie

Allègre C., 2010. L’imposture climatique ou la fausse écologie. Plon, Paris.

Barnosky A.D., Matzke N. et al., 2011. Has the Earth’s sixth mass extinction already arrived? Nature 471: 51-57.

Broecker W.S., 1975. Are we on the brink of a pronounced global warming? Science 189(4201): 460-463.

Brussaard L., de Ruiter P.C. & Brown G.C., 2007. Soil biodiversity for agricultural sustainability. Agriculture, Ecosystems & Environment 121 : 233-244.

Carson R., 1968. Le printemps silencieux. Livre de Poche, Paris. (Edition originale : Silent Spring, Houghton Mifflin, U.S.A., 1962).

Commoner B., 1969. Quelle terre laisserons-nous à nos enfants ? Editions du Seuil, Paris. (Edition originale : Science and Survival, 1963).

Darkoh M.B.K., 2009. An overview of environmental issues in Southern Africa. African J. Ecology 47 (s1): 93-98.

Diaz S., Fargione J., Chapin F.S III & Tilman D., 2006. Biodiversity loss threatens human well-being. Plos Biology 4: e277, 1300-1305.

Dorst J., 1965. Avant que Nature meure. Delachaux et Niestlé, Neuchâtel.

Dumont R., 1962. L’Afrique noire est mal partie. Le Seuil, Paris.

Dupuis V., Deceunink B., JIguet F. & Issa N., 2014. Evolution des oiseaux nicheurs de France métropolitaine, indicateurs de Biodiversité. Ornithos 21 :121-131.

Ehrlich P.R., 1971. La bombe P. J’ai Lu – Documents, Fayard, Paris (Edition originale : The population Bomb, 1968).

Evans P.M. & Newton A.C., 2017. Thresholds of biodiversity and ecosystem function in a forest ecosystem undergoing dieback. Scientific Reports 7: 6775. DOI:10.1038/s41598-017-06082-6

Galewski T. & Devictor V, 2016. When common birds became rare: historical records shed light on long-term responses of bird communities to global change in the largest wetland of France. PLoS ONE 11: e0165542. doi:10.1371/journal.pone.0165542

Jancovici J.-M. & Grandjean A., 2007. Le plein s’il vous plaît ! La solution au problème de l’énergie. Points Sciences, Le Seuil, Paris.

Inger R., Gregory, R. et al., 2014. Common European birds are declining rapidly while less abundant species’ numbers are rising. Ecology Letters. DOI: 10.1111/ele.12387

Labeyrie V., 1972. Malthusianisme et écologie. La Pensée 167, 2-20.

Lebreton J.-D., 2014. La malédiction des espèces longévives. Le Courrier de la Nature n° 284 : 25-31.

Lebreton Ph. (Professeur Mollo-Mollo), 1974. L’énergie c’est vous. Stock, Paris.

Lebreton Ph., 1978. Eco-logique, initiation aux disciplines de l’environnement. Inter-Editions, Paris.

Léridon H., 2012. Perspectives de la population mondiale. https://www.asmp.fr/travaux/communications/2012_01_09_leridon.htm

Léridon H., 2015. Afrique subsaharienne: une transition démographique explosive. Futuribles 407 : 5-21.

Meadows D.H., Meadows D.I., Randers J. & Behrens W.W. III, 1972. The Limits to Growth: A Report to The Club of Rome. Potomac Associates.

Poulin B., Lefèbvre G. & Paz L., 2010. Red flag for green spray: adverse trophic effects of Bti on breeding birds. J. Appl. Ecology 47: 884-889.

Soulé M.E. (Ed.), 1987. Viable Populations for Conservation. Cambridge University Press. Cambridge, U.K.

Wilson E.O. (Ed.), 1988. Biodiversity. National Academy of Sciences, Washington D.C.

Regards connexes

Les regards connexes sont très nombreux, sur cette plateforme d’échanges (transdisciplinaires) sur la biodiversité et les sociétés. Nous conseillons aux internautes de consulter ces regards par mots-clés, tels que : ‘érosion-extinctions‘, ‘enjeux‘,  ‘communication‘, ‘préservation biodiversité‘, ‘stratégies et politiques‘, ou par d’autres mots-clés (‘étiquettes’) affichés sur la page d’accueil de cette plateforme.


Article édité par Anne Teyssèdre.

——

Forum de discussion sur ce regard